L'Anjou Agricole 21 décembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Bâtiment porcin inauguré dans les Mauges : « l’innovation, elle se situe en dessous »

Un bâtiment d’élevage porcin à énergie positive et sans lisier a été inauguré, vendredi 15 décembre au Gaec de la Passerelle, à Saint-Lézin (Chemillé-en-Anjou).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« L’innovation, elle est en dessous », montre Thony Cesbron, invitant les visiteurs à venir découvrir les entrailles du nouveau bâtiment d’élevage du Gaec de la Passerelle à Saint-Lézin (Chemillé-en-Anjou). Avant l’entrée des animaux, cette semaine, les exploitants avaient convié professionnels (le 15 décembre) et grand public (le lendemain) pour des portes ouvertes. Ce nouveau bâtiment logera 672 porcelets en pré-engraissement et 1 680 porcs en engraissement.

La grande particularité de cette construction se trouve dans ses fosses, où est installé un système “Trac” de séparation de phase intégrée au bâtiment. Les urines (collectées dans un caniveau central) et les fèces (raclées plusieurs fois par jour) sont acheminés dans des fosses séparées.

Réduction des émissions de gaz

Ce process permet une nette amélioration de la qualité de l’air. à ce titre, le Gaec a reçu une aide de la part du ministère de l’Environnement. Ségolène Royal, alors ministre, avait posé la première pierre du bâtiment en mars dernier...

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 22 décembre 2017.

Le bâtiment est équipé d'un système innovant “Trac” de séparation des déjections solides et liquides.
Le bâtiment est équipé d'un système innovant “Trac” de séparation des déjections solides et liquides. - © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comment peut-on trouver des épaules de porc français à 1,28 €/kg chez Leclerc ou à 1,49 €/kg chez Intermarché, quand les éleveurs sont à peine payés à ce prix-là en sortie d’élevage ?

se demande la Fédération nationale porcine (FNP) qui estime qu’« avec de tels comportements, difficile de croire que le coût de production des éleveurs sera un jour pris en compte ».

Le chiffre de la semaine
23 000
Pour la 32e édition du Sival, 23 000 visiteurs sont attendus au Parc des expositions d'Angers où 640 exposants seront présents.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui