L'Anjou Agricole 05 janvier 2018 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Biométhane: deux nouveaux sites raccordés au réseau de GRTgaz

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Méthaniseur d'effluents d'élevage.
Méthaniseur d'effluents d'élevage. - © Dominique Poilvet

Le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTgaz a annoncé le 4 janvier la mise en service de deux nouveaux sites d'injection de biométhane dans son réseau, les premiers depuis deux ans. Le biométhane est issu de l'épuration de biogaz, fabriqué à partir de la fermentation de matières organiques, essentiellement des déchets de l'agriculture ou ménagers.

Les deux sites sont situés à Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne) et Les Essarts-en-Bocage (Vendée), et produiront l'équivalent de la consommation annuelle de 4.800 logements chauffés au gaz, a détaillé GRTgaz dans un communiqué.

Le premier projet était développé par un agriculteur, tandis que le second a été porté par un producteur de canard et le développeur de méthaniseurs Fonroche Biogaz. Trois sites sont désormais directement raccordés au réseau de transport de GRTgaz, deux ans après la mise en service d'un premier site en Saône-et-Loire.

Fin décembre 2017, 44 sites de méthanisation injectent du gaz renouvelable dans les réseaux de gaz français, précise GRTGaz, la plupart étant reliés au réseau de distribution, notamment géré par Grdf, une autre filiale d'Engie (ex-GDF Suez).

GRTGaz indique avoir aujourd'hui comptabilisé 28 projets d'injection de biométhane en file d'attente pour un raccordement sur son réseau, à des stades divers de développement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comment peut-on trouver des épaules de porc français à 1,28 €/kg chez Leclerc ou à 1,49 €/kg chez Intermarché, quand les éleveurs sont à peine payés à ce prix-là en sortie d’élevage ?

se demande la Fédération nationale porcine (FNP) qui estime qu’« avec de tels comportements, difficile de croire que le coût de production des éleveurs sera un jour pris en compte ».

Le chiffre de la semaine
23 000
Pour la 32e édition du Sival, 23 000 visiteurs sont attendus au Parc des expositions d'Angers où 640 exposants seront présents.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui