L'Anjou Agricole 04 août 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Coeur de gamme : lentement...mais sûrement

Il y a maintenant 2 mois que système U a signé l'engagement pour la création du coeur de gamme en races allaitantes. Point d'étape sur cet engagement et premiers résultats.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La communication autour de l'engagement se poursuit comme ici sur une affiche de la Fédération national bovine.
La communication autour de l'engagement se poursuit comme ici sur une affiche de la Fédération national bovine. - © FNB

L'engagement coeur de gamme est une démarche de valorisation des animaux médians par une segmentation de l'ensemble des viandes. L'objectif est de tirer le coeur de gamme vers le haut par des prix rémunérateurs, ce qui entrainera automatiquement l'ensemble des produits carnés dans l'ascension, même les réformes laitières. « Nous voulons consolider un coeur de gamme qualitatif pour répondre aux attentes du consommateur » souligne Alain Denieulle, administrateur de la FNB (Fédération nationale bovine) qui porte le dossier.
Mais en proposant un produit de qualité, les éleveurs attendent un prix rémunérateur basé sur le coût de production avec le souhait de redonner un prix en cour de ferme dès maintenant et sur le long terme.


L'état d'avancement de l'engagement
En juin dernier, Système U signait pour la création du coeur de gamme. Le distributeur s'engageait à segmenter l'offre de viande en permettant une rémunération des éleveurs. Qu'en est-il aujourd'hui ? Et les autres distributeurs, que font-ils ?
Actuellement, « l'enseigne Carrefour reste bloquée sur sa position et tente même de contourner l'engagement par des augmentations de prix au sein de ses filières qualité Carrefour qui ne représentent qu'un faible pourcentage. Nous rappelons que l'objectif de l'engagement est bien d'avoir au moins 50 % de l'approvisionnement en coeur de gamme » précise Alain Denieulle. En parallèle, les autres enseignes hésitent, « il faut une pression du terrain », ajoute-t-il. Même si certains franchissent le pas, à l'exemple de magasins Leclerc qui vont s'engager prochainement.
L'engagement coeur de gamme cherche à créer de "nouvelles relations" entre éleveurs et distributeurs. Ainsi, les distributeurs ne répondant pas favorablement à cet engagement semblent refuser d'apporter de la qualité à leurs consommateurs et de rémunérer les éleveurs.

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 5 août 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous, propriétaires, tenons au dynamismeet à la compétitivité de l’agriculture française.

a déclaré Josiane Béliard, présidente de la SNPR, lors du Congrès de la section nationale des propriétaires ruraux (SNPR) qui se tenait les 8 et 9 mars à Besançon (25)

Culture & Vous
La selection de Jean-Paul Guéry » Les petits vieux d’Helsinki font le mur
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les femmes de Brewster Place
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
+ 4,5 %
de défaillances dans les entreprises agricoles. Alors que le nombre d'entreprises françaises en situation de défaillance (procédure de sauvegarde, liquidation ou redressement judiciaire) a reculé de 8 % en 2016, un secteur se distingue par la hausse des défaillances : l'agriculture (+ 4,5 %), a indiqué la Banque de France le 10 mars.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui