L'Anjou Agricole 16 mars 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Congrès FNPL : ' pour un juste retour aux producteurs '

La 73e assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) se tient en ce moment à Langres (Haute-Marne).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les producteurs de lait réunis en ce moment à Langres (Haute-Marne).
Les producteurs de lait réunis en ce moment à Langres (Haute-Marne). - © AA

Mercredi 15 mars, le syndicat a orchestré une table ronde présentant des démarches de valorisation du lait avec un juste retour du prix aux producteurs. Ainsi Nicolas Chabanne a présenté la démarche et les résultats de la marque de lait liquide « C’est qui le patron ? » qu’il a créé avec des consommateurs. Michel Biéro, gérant des achats chez Lidl, a cité deux exemples de contrats tri-partites entre producteurs, industriels et son groupe, dans le lait et le porc. Et Arnaud Fossey, président de la Coopérative d’Isigny Sainte-Mère, a repris l’histoire de la coopérative expliquant que le marketing qui en découle et le savoir-faire permettaient une rémunération des producteurs légèrement supérieure à la moyenne. « Oui, ce sont de petits volumes. Oui, ce sont des valorisations un peu supérieures à celles du marché. Mais nous voulions montrer que c’est possible », s’est exclamé André Bonnard, secrétaire général de la FNPL.

 

Lactalis développe une nouvelle grille tarifaire (selon JA)

En mars, « Lactalis, premier groupe laitier mondial, utilise une nouvelle grille tarifaire pour rémunérer les producteurs de lait », selon un communiqué du 15 mars des Jeunes agriculteurs (JA). Il s’agirait, d’après le syndicat, de se baser sur « des indicateurs de qualité supérieurs à ceux utilisés habituellement » (taux butyreux à 44 au lieu de 38 et taux protéique à 33 au lieu de 32). Ce système permettrait « de gonfler artificiellement le prix de base payé aux producteurs » et « rendra plus difficile la comparaison des rémunérations entre les différentes laiteries ». Le syndicat « déplore » le manque de concertation avec les producteurs et « le non-respect des indices habituels [de qualité, ndlr] des accords interprofessionnels ». Durant l’assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de lait, le même jour, le sujet a été abordé entre professionnels mais en marge des débats. Michel Nalet, porte-parole de Lactalis, était lui-même présent à cette assemblée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous, propriétaires, tenons au dynamismeet à la compétitivité de l’agriculture française.

a déclaré Josiane Béliard, présidente de la SNPR, lors du Congrès de la section nationale des propriétaires ruraux (SNPR) qui se tenait les 8 et 9 mars à Besançon (25)

Culture & Vous
La selection de Jean-Paul Guéry » Les petits vieux d’Helsinki font le mur
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les femmes de Brewster Place
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
+ 4,5 %
de défaillances dans les entreprises agricoles. Alors que le nombre d'entreprises françaises en situation de défaillance (procédure de sauvegarde, liquidation ou redressement judiciaire) a reculé de 8 % en 2016, un secteur se distingue par la hausse des défaillances : l'agriculture (+ 4,5 %), a indiqué la Banque de France le 10 mars.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui