L'Anjou Agricole 13 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Contre la pyrale, les trichogrammes sont lâchés

À Saint-Laurent-de-la-Plaine, le Gaec des Charmilles lutte pour la 1ère fois contre la pyrale du maïs par des lâchers de trichogrammes, ces parasites déposant leurs oeufs dans ceux du nuisible.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Yves Beduneau, agriculteur à Saint-Laurent-de-la-Plaine, a déjà protégé 13 de ses 48 ha destinés au maïs, par des trichogrammes.
Jean-Yves Beduneau, agriculteur à Saint-Laurent-de-la-Plaine, a déjà protégé 13 de ses 48 ha destinés au maïs, par des trichogrammes. - © AA

Fin juin, l’augmentation du nombre de captures dans les secteurs de pression historique du département a donné le signal. « Terrena nous a avertis qu’il fallait poser les plaquettes sans tarder », raconte Jean-Yves Beduneau, éleveur à Saint-Laurent-de-la-Plaine. Le 1er juillet, il a alors protégé 13 hectares de ses 48 destinés à du maïs par des trichogrammes, ces minuscules hyménoptères (guêpes) spécifi ques de la pyrale. Conditionnées sous forme de plaquettes (diffuseurs), « les 1ères générations ont déjà éclos et commencent à pondre ses oeufs dans ceux des pyrales », note Pierre Bimont, responsable du dossier ravageur chez Terrena. Au total, 4 générations de trichogrammes vont se succéder pour protéger les maïs des pontes des pyrales. « Les émergences ont lieu successivement au bout de 3, 8, 13 et 18 jours ». Il s’agit d’une lutte préventive, en empêchant les pyrales - qui pondent au crépuscule sur la face inférieure des feuilles de maïs - de se développer avant même qu’elles éclosent. Une lutte alternative en plein champ largement généralisée, puisque ce sont 120 000 ha de maïs en France qui reçoivent ce procédé, et pas moins de 6 000 ha dans le Maine-et-Loire cette saison.

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 15 juillet 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous, propriétaires, tenons au dynamismeet à la compétitivité de l’agriculture française.

a déclaré Josiane Béliard, présidente de la SNPR, lors du Congrès de la section nationale des propriétaires ruraux (SNPR) qui se tenait les 8 et 9 mars à Besançon (25)

Culture & Vous
La selection de Jean-Paul Guéry » Les petits vieux d’Helsinki font le mur
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les femmes de Brewster Place
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
+ 4,5 %
de défaillances dans les entreprises agricoles. Alors que le nombre d'entreprises françaises en situation de défaillance (procédure de sauvegarde, liquidation ou redressement judiciaire) a reculé de 8 % en 2016, un secteur se distingue par la hausse des défaillances : l'agriculture (+ 4,5 %), a indiqué la Banque de France le 10 mars.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui