L'Anjou Agricole 18 mai 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

De la technicité pour passer la crise

À La Chapelle-du-Genêt, l'EARL L'éclaircie sort tout juste de trois années de crise. Grâce à l'amélioration de leur performance, et un prix du porc à la hausse, les deux époux souff lent enfin... un peu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Grâce à nos performances techniques, on arrive à faire face à un prix du porc bas, même s'il ne correspond pas au prix d'équilibre », résume Myriam Chauviré, éleveuse de porc à La Chapelle-du-Genêt. Comme de nombreux élevages porcins, son exploitation, l'EARL L'éclaircie sort « tout juste la tête de l'eau ». Pendant trois années, l'élevage en système naisseur-engraisseur a subi « une des crises les plus difficiles », constate son mari et associé Denis Chauviré. Avec un prix du porc moyen à 1,24 euros en 2015 et à 1,29 en 2016, « il a fallu se serrer la ceinture, restreindre les prélèvements mensuels...» Depuis avril 2016, le prix est à la hausse et celui de l'aliment à la baisse. « Il n'y a plus l'eff et ciseau. On peut enfin combler les trous de la trésorerie. » Extension de l'élevage Pour 2017, sur les quatre derniers mois, le prix s'établit à 1,42 euros. « Bientôt, on espère refaire de la trésorerie pour affronter la prochaine crise, se résigne l'agriculteur. Nous ne sommes pas maîtres du prix. Avec le porc, c'est cyclique. » Leur marge de manoeuvre ? La technicité. « On améliore sans cesse nos performances ». En 2015, l'EARL a misé gros. Elle a investi 1,2 millions d'euros pour l'extension de l'élevage.Passant de 110 à 195 truies.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 19 mai 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Hulot avance sans les agriculteurs

constate Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA. En déplacement à Angers jeudi, le ministre de l’Écologe a refusé de rencontrer la FDSEA

Culture & Vous
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Famille parfaite
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » La maison de poupée
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » L’auberge du gué
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Sainte Zélie de la palud
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Butcher’s crossing
Le chiffre de la semaine
- 2,6 %
Selon l’Institut de l’élevage (Idele), le cheptel français de brebis et agnelles saillies s’est réduit de 2,6 % en 2017, par rapport à 2016, pour atteindre 5,25 millions.