L'Anjou Agricole 15 juin 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Des prairies qui concilient agriculture et biodiversité

Pour la première fois, des agriculteurs du territoire de la Vallée de la Loire participent au concours général agricole des prairies fleuries.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Quatre agriculteurs du Maine-et-Loire ont participé au concours général agricole des prairies fleuries pour le territoire de la Vallée de la Loire. Une récompense valorisant le travail des agriculteurs qui contribue au maintien de la biodiversité. Le jury, constitué de son président, d’un agronome, d’un botaniste, d’un expert faune et d’un apiculteur a évalué les 4 parcelles candidates, lundi 12 juin.
Plus que de simples surfaces agricoles, « ces prairies naturelles ont à la fois un intérêt écologique et agronomique », explique Emilie Général, du Conservatoire des espaces naturels des Pays-de-la-Loire en charge du concours avec la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique.

Un équilibre agri-écologique
Les prairies humides sont passées à la loupe par les 5 membres du jury. Richesse et diversité végétales, valeur agronomique et alimentaire, valeur biologique... Autant de critères qui détermineront la meilleure prairie fleurie de la Vallée de la Loire. L’idée : désigner la parcelle présentant le meilleur équilibre agro-écologique. Le lauréat pour le territoire participera dans la catégorie prairie humide fauchée au concours au niveau national. Chaque année, 56 territoires y participent.
L’an dernier, dans la Vallée de la Loire, classée Natura 2000, le concours n’avait pas eu lieu à cause des inondations. « 2,5 mètres d’eau couvraient mes parcelles », se souvient Yannick Roulier, l’un des agriculteurs participants. L’éleveur de rouge des prés a présenté l’une de ses prairies située à Rochefort-sur-Loire. Cette parcelle fait partie de 11 hectares engagés en MAE (mesure agro-environnementale). Il est contraint de ne faucher qu’à partir du 20 juin pour permettre la nidification des oiseaux prairiaux. Pour lui, cette prairie a avant tout un véritable intérêt agronomique. « Avec ces parcelles, 80 % de mon fourrage est assuré. » Et les vaches l’apprécient. « C’est un foin de très bonne qualité, qui reste vert. » Après une fauche au 20 juin, le foin est enrubanné, fin août, début septembre. « Cette prairie est très intéressante au niveau fourrager avec une belle cohorte de vesces, de nombreuses graminées... », confirme Jean-Luc Gayet, agronome, conseiller prairie-fourrage de la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique, après avoir observé la parcelle 20 minutes. Toutefois, la sécheresse a déjà impacté la prairie.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans L'Anjou agricole du 16 juin 2017.

Yannick Roulier est l’un des 4 agriculteurs qui ont participé au concours général agricole des prairies fleuries. Il a présenté son exploitation et  la prairie que le jury a jugée
Yannick Roulier est l’un des 4 agriculteurs qui ont participé au concours général agricole des prairies fleuries. Il a présenté son exploitation et la prairie que le jury a jugée - © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En fédérant les énergies et en mutualisant les compétences, nous avons la capacité de créer davantage de valeur pour nos filières et de faire de nos territoires, des territoires d’avenir et porteurs d’une vision positive pour l’agriculture.

indique Hubert Garaud, président de Terrena. Les conseils d’administration de Terrena, de Terrena Poitou et de la Cam annoncent l’engagement d’un processus de fusion des 3 coopératives au sein d’une seule entité, Terrena.

Le chiffre de la semaine
500 €
Les 100 kg.Le prix du beurre a atteint 500 €/100 kg à la mi-juin 2017, selon l'observatoire européen du lait, soit une hausse de 81 % sur un an.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui