L'Anjou Agricole 09 octobre 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Ecoantibio : un bilan « remarquable » dans la lutte contre l'antibiorésistance

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les plus fortes baisses d'utilisation sont observées chez les porcs et les volailles, qui étaient aussi les plus gros utilisateurs.
Les plus fortes baisses d'utilisation sont observées chez les porcs et les volailles, qui étaient aussi les plus gros utilisateurs. - © AA

Les ministres Stéphane Travert (Agriculture) et Agnes Buzyn (Santé) ont salué le 6 octobre l'« excellent bilan » du premier plan Ecoantibio 2012-2016. «Une baisse de l'exposition des animaux aux antibiotiques de 37 % sur la période 2012-2016, pour un objectif initial de -25 %», est mise en lumière par les données de l’Anses, selon un communiqué commun. L’évolution est encore plus marquée pour les antibiotiques critiques, qui font l'objet depuis 2016 de restrictions réglementaires pour leur prescription : -75 % pour les fluoroquinolones, -81 % pour les céphalosporines de dernières générations, soulignent les deux ministères.

Dans l'élevage, les plus fortes baisses d'utilisation sont observées chez les porcs et les volailles, qui étaient aussi les plus gros utilisateurs, a indiqué une source au ministère de l'Agriculture. « Nous avons pu, par des politiques incitatives engager l'ensemble des acteurs pour développer des pratiques plus vertueuses et préserver l'efficacité des médicaments essentiels », a-t-il ajouté. Pour parvenir à ce résultat, les éleveurs ont dû changer leurs pratiques. Ils ont cherché notamment à améliorer les conditions de vie des animaux pour freiner la propagation des microbes de façon naturelle dans les élevages. Par exemple, aérer davantage, réduire le nombre d'animaux par parc...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comment peut-on trouver des épaules de porc français à 1,28 €/kg chez Leclerc ou à 1,49 €/kg chez Intermarché, quand les éleveurs sont à peine payés à ce prix-là en sortie d’élevage ?

se demande la Fédération nationale porcine (FNP) qui estime qu’« avec de tels comportements, difficile de croire que le coût de production des éleveurs sera un jour pris en compte ».

Le chiffre de la semaine
23 000
Pour la 32e édition du Sival, 23 000 visiteurs sont attendus au Parc des expositions d'Angers où 640 exposants seront présents.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui