L'Anjou Agricole 18 mai 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Eleveurs en colère devant le Leclerc Saint-Jean-de-Linières

La FNB a lancé un mot d’ordre pour des actions sur tout le territoire ce mercredi 17 mai auprès de l’enseigne Leclerc.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDSEA

Pour les producteurs de viande bovine de la FDSEA et des JA de Maine-et-Loire, « Leclerc ne respecte pas ses engagements ». Une action a donc été organisée ce mercredi matin devant le magasin de Saint-Jean-de-Linières, répondant à un mot d’ordre lancé par la FNB. Cinq actions du même type ont eu lieu simultanément en Pays-de-la-Loire.
La démarche Cœur de gamme “éleveur & engagé”, lancée en juin dernier par la FNB, se met en place depuis l’automne dans certaines enseignes. Cette démarche a pour objectif de revaloriser les prix à hauteur des coûts de production. Néanmoins, aujourd’hui, le nombre d’animaux revalorisés en Cœur de gamme n’est pas suffisant. Il faut redonner un souffle à cette démarche en mettant face à leurs responsabilités les enseignes qui ont signé un engagement mais ne l’ont pas appliqué dans leurs magasins.
Le 13 septembre 2016, l’enseigne Leclerc et son groupement d’achat Le Galec s’engageaient dans le Cœur de gamme. Depuis cette date, Leclerc n’a pas développé cette démarche qui devait marquer de nouvelles relations commerciales entre les producteurs de viande bovine et la distribution.
Pour Pierre-Marie Caillaud, président de la section bovine FDSEA, « les consommateurs doivent donc savoir que les engagements pris par Leclerc n’ont pas été mis en œuvre. Nous les orientons vers Super U, qui n’est pas parfait, mais qui joue le jeu. »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 19 mai 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Phénomène inédit cet été, les éleveurs français ont été largement déconnectés du marché européen.

expliquent les FRSEA, JA de Bretagne et des Pays-de-la-Loire dans un communique de presse du 12 décembre

Le chiffre de la semaine
- 8,2 Md
d’euros de solde. En 2016, la France a contribué à hauteur de 19,4 milliards d’euros au budget de l’UE qui lui a versé 11,2 Mrd €, soit, pour elle, un solde négatif de 8,2 Mrd€.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui