L'Anjou Agricole 23 février 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Il concourt pour le titre de meilleur berger de France

À 21 ans, l’Angevin François Grosbois disputera la place de meilleur berger de France, aux Ovinpiades, samedi 25 février au Salon de l’agriculture à Paris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Déjà élu meilleur jeune berger des Pays-de-la-Loire, François Grosbois cherche avant tout à apprendre, même de ses concurrents pour la finale nationale.
Déjà élu meilleur jeune berger des Pays-de-la-Loire, François Grosbois cherche avant tout à apprendre, même de ses concurrents pour la finale nationale. - © AA

« Rencontrer du monde. »  François Grosbois, finaliste n’a pas d’autres prétentions en participant aux Ovinpiades. Après avoir gagné le titre régional de meilleur berger en novembre dernier avec une camarade de classe (lire encadré), le jeune étudiant participera au concours national samedi 25 février, au Salon de l’agriculture à Paris.
« Je ne suis pas de nature à stresser », explique le jeune homme de 21 ans, originaire de La Cornuaille, qui passe un Certificat de spécialisation Conduite d’un élevage ovin viande au CFA Nature de La Roche-sur-Yon. Alors pas de pression particulière, juste quelques révisions des races ovines et « de bonnes nuits de sommeil ».
« Le reste des épreuves, c’est le travail quotidien d’un éleveur », constate François Grosbois. Grâce au concours, le jeune homme a appris à utiliser des outils qu’il ne connaissait pas. « Comme le bâton de lecture pour les boucles électroniques, la cage de retournement ou tout simplement la fiche d’identité génétique des béliers. » Reconnaissance des races ovines, tri de brebis avec un smartphone, évaluation de l’état de santé d’une brebis, manipulation et évaluation de l’état corporel, parage des onglons, choix d'un bélier qualifié... Six épreuves pratiques et deux épreuves théoriques départageront les 38 finalistes venus de toute la France. «  Ce sera l’occasion de discuter avec les autres, savoir comment ils travaillent dans leur région.  »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 24 février 2017

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous, propriétaires, tenons au dynamismeet à la compétitivité de l’agriculture française.

a déclaré Josiane Béliard, présidente de la SNPR, lors du Congrès de la section nationale des propriétaires ruraux (SNPR) qui se tenait les 8 et 9 mars à Besançon (25)

Culture & Vous
La selection de Jean-Paul Guéry » Les petits vieux d’Helsinki font le mur
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les femmes de Brewster Place
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
+ 4,5 %
de défaillances dans les entreprises agricoles. Alors que le nombre d'entreprises françaises en situation de défaillance (procédure de sauvegarde, liquidation ou redressement judiciaire) a reculé de 8 % en 2016, un secteur se distingue par la hausse des défaillances : l'agriculture (+ 4,5 %), a indiqué la Banque de France le 10 mars.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui