L'Anjou Agricole 29 juin 2017 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

L'agriculture de conservation, source de solutions

La Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire veut renforcer ses actions en faveur de l'agriculture de conservation. Elle vient de mener une enquête pour connaître les besoins des agriculteurs en la matière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Denis Laizé, élu Chambre d'agriculture et co-responsable de l'association Base*49  avec Valéry Lebouc, a présenté les fondamentaux de l'agriculture de conservation, lors de la session Chambre d'agriculture, lundi 26 juin, à Angers.
Denis Laizé, élu Chambre d'agriculture et co-responsable de l'association Base*49 avec Valéry Lebouc, a présenté les fondamentaux de l'agriculture de conservation, lors de la session Chambre d'agriculture, lundi 26 juin, à Angers. - © AA

L'agriculture de conservation, une des voies pour, demain, mieux faire face à la sécheresse, en captant l'eau dans le sol ? Le sujet était, avec celui de la sécheresse, au menu de la session Chambre d'agriculture qui s'est déroulée lundi matin à Angers.

Depuis 9 ans, la Chambre d'agriculture a déjà formé 120 exploitants à l'agriculture de conservation et anime des groupes d'échange. L'AC, qui est un des fondements de l'agro-écologie, repose sur « la  mise en oeuvre de trois piliers : la couverture des sols, la réduction du travail du sol et la rotation », a rappelé Virginie Riou, conseillère CA 49.


Outre les agriculteurs formés,  outre ceux adhérant au réseau Base*, certaines pratiques des agriculteurs au quotidien entrent dans cette démarche. Afin de mieux cerner ces pratiques existantes et d'identifier les besoins en formation des agriculteurs, une enquête intitulée "L'agriculture de conservation et vous" a été menée cette année par la Chambre.


échanges en groupe privilégiés
Les problématiques les plus prégnantes sont par ordre de priorité : la gestion de la flore adventice et des limaces, le tassement du sol, la gestion des campagnols et l'érosion.  Les agriculteurs qui ont répondu à l'enquête (60, dont 75 % sont en non labour, sur 280 contactés), veulent être accompagnés, par exemple dans le choix des espèces et les méthodes de destruction des couverts. 80 % sont intéressés par des échanges en groupe.

Comme le souligne Denis Laizé, élu Chambre d'agriculture et co-responsable de l'association Base*49, «il ne faut pas rester seuls sur ces techniques-là».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Dans ces conditions, qui sont celles d’un autre temps, nous ne saurons rester silencieux et cautionner ce passage en force.

dénonce l’Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis, qui représente 9 organisations de producteurs. L’AOP dénonce les méthodes de Lactalis et le prix du lait du mois d’avril.

Culture & Vous
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » La maison de poupée
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » L’auberge du gué
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Sainte Zélie de la palud
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Butcher’s crossing
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit introuvable
Le chiffre de la semaine
27
C'est le nombre de développement de la méthanisation à la ferme dans les Pays-de-la-Loire en 2017.