L'Anjou Agricole 09 avril 2018 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

La FNSEA se demande « qui va payer » le Plan bio

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Tout en saluant le plan Ambition Bio annoncé hier par le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert, la FNSEA dénonce dans un communiqué de presse diffusé vendredi 6 avril, « l’opacité » dans l’annonce des efforts budgétaires prévus. « Qui peut comprendre d’où vient le 1,1 milliard d’euros annoncé ? », s’interroge ainsi le syndicat. De plus, la période annoncée pour ce plan (2018-2022), « n’est pas en adéquation avec l’actuelle programmation Pac qui se termine en 2020 », remarque l’organisation qui redoute que le financement se fasse sur les aides Pac des agriculteurs ou par des taxes « franco-française qui créeraient une distorsion de concurrence supplémentaire ». Le syndicat se veut donc « vigilant », tout en annonçant qu’il sera « acteur de l’élaboration de ce Plan » qui permettra de « répondre à la demande toujours croissante des consommateurs ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Hulot avance sans les agriculteurs

constate Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA. En déplacement à Angers jeudi, le ministre de l’Écologe a refusé de rencontrer la FDSEA

Culture & Vous
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Famille parfaite
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » La maison de poupée
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » L’auberge du gué
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Sainte Zélie de la palud
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Butcher’s crossing
Le chiffre de la semaine
- 2,6 %
Selon l’Institut de l’élevage (Idele), le cheptel français de brebis et agnelles saillies s’est réduit de 2,6 % en 2017, par rapport à 2016, pour atteindre 5,25 millions.