L'Anjou Agricole 12 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Métha Mauges : le ­projet prend forme

La SAS Métha Mauges regroupe 49 exploitations et prévoit la construction de deux unités de méthanisation à Beaupréau-en-Mauges et ­Montrevault-sur-èvre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les 49 exploitants lors de la création de la SAS le 15 décembre dernier.
Les 49 exploitants lors de la création de la SAS le 15 décembre dernier. - © Métha Mauges

Constituée en société le 15 décembre dernier, la SAS ­Métha Mauges a pour but la création de deux unités de méthanisation dans les Mauges afin de pouvoir injecter du biogaz dans le réseau début 2019. Le projet, qui regroupe 49 exploitations sur les nouvelles communes de Montevrault-sur-èvre et ­Beaupréau-en-Mauges, traitera 100 000 tonnes de lisier et fumier par an. Un chiffre honorable qui devrait permettre la production de biogaz pour 1 900 foyers, soit 3 fois la consommation actuelle de Beaupréau-en-Mauges. « Ce projet découle d’une réflexion plus large qui a été menée dans les Mauges en 2013, explique Antony Bourget, président de la SAS. Grâce à la méthanisation, nous devrions pouvoir réduire nos émissions de CO2 de 10 400 tonnes par an. Un chiffre important pour nous. Il ne faut pas oublier que les agriculteurs vivent avec la nature. » L’écologie, un thème primordial pour les agriculteurs de la SAS qui ont opté pour plusieurs installations qui vont dans ce sens, comme l’installation de biofiltres : une série de plantes en bassins permettra le filtrage de l’air au sein des bâtiments. Cependant, l’écologie n’est pas la seule motivation des participants qui pourront profiter de la mise en fonction des deux unités de méthanisations pour accéder à un complément de revenu “non-négligeable”, le tout  grâce à la vente du biogaz via les réseaux de distribution. « Nous avons préféré miser sur la distribution directe via le réseau pour des raisons économiques, explique ­Denis ­Chauviré, l’un des deux directeur de la SAS. La distribution directe de gaz nous permet de gagner 10 à 15 % sur la production par rapport à une transformation en électricité. Nous pouvions aussi opter pour un système de gaz transporté par camion plutôt qu’une distribution directe mais bien que plus pratique, le système est plus coûteux nous avons donc fait le choix de la distribution directe de biogaz. »

 

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 13 janvier 2017.

L’hygiénisation du digestat
Fait méconnu de bon nombre de personnes et pourtant essentiel dans la gestion des méthaniseurs, le processus de méthanisation hygiènise le digestat, sécurisant ainsi les épandages. En effet, après 50 jours passés au sein du méthaniseur à une température comprise entre 37 et 40°C, le développement des bactéries non pathogènes, contenues notamment dans la panse des vaches, freine le développement des bactéries pathogènes, réduisant ainsi considérablement le risque de maladies.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il ne doit pas y avoir de renationalisation de décisions, l’harmonisation européenne doit être la règle. (...) Ensuite, il ne doit pas y avoir de coûts supplémentaires pour les agriculteurs et enfin il ne doit pas y avoir d’impasses techniques

explique Christiane Lambert. Elle a été reçue par le ministre de la Transition écologique le 12 février « à la demande de celui-ci ».

Le chiffre de la semaine
240
Près de 240 offres d’emploi (hors offres saisonnières) sont enregistrées sur les bourses de l’emploi Anefa des Pays-de-la-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui