L'Anjou Agricole 18 mai 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Pratiques illicites : un gain potentiel distributeurs de 150-300 M€

L’Ilec espère que le gouvernement prendra des mesures dans les six mois face aux pratiques illicites des enseignes de distribution.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

C'est le message envoyé le 17 mai par le directeur général de l'Ilec (l'Institut de liaisons et d'études des industries de consommation (marques de grande consommation), Richard Panquiault, lors de sa conférence de presse annuelle. Malgré toutes les clarifications de la LME (Loi de modernisation de l'économie) sur les relations entre fournisseurs et distributeurs (la loi Hamon, la loi Macron, la loi Sapin 2 et décisions de jurisprudence), « les pratiques illicites ne sont toujours pas sanctionnées » à leur juste mesure. Or «  elles font gagner 150 à 300 M€ aux distributeurs, qui risquent au plus 6 à 8 M€ d’amendes » , a-t-il cité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Les vendanges seront excessivement précoces dans tous les bassins de production, on aura à peu près partout 15 jours d’avance, même en Champagne.

a déclaré Jérôme Despey, président du conseil spécialisé Vins de FranceAgriMer et secrétaire général de la FNSEA.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Dis-moi que tu mens
» Les couleurs de la vie
» Tous les démons sont ici
La sélection de Jean-Paul Guéry » Frontier hôtel
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les jumelles d’Arrowood
Le chiffre de la semaine
433 000 000 M €
VINS ET SPIRITUEUXEn juin dernier, les échanges extérieurs du secteur agro-alimentaire atteignaient 433 M €, soit un recul de 45 M € sur juin 2016. Les exportations qui ont progressé de 137 M € par rapport à juin 2016, ne compensent cependant pas l’augmentation des importations, + 182 M € ; le solde s’avère encore déficitaire de - 72 M €.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui