L'Avenir Agricole et Rural 24 août 2017 à 08h00 | Par Thibaut Morillon

Psychose à la ferme

Un éleveur est hanté par la menace d’une épizootie dans son exploitation laitière : l’application du principe de précaution entraînerait la mise à mort de son cheptel. Cette histoire poignante est filmée par Hubert Charuel, fils d’agriculteurs à Droyes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hubert Charuel (à droite) à côté de sa coscénariste et de ses parents Sylvaine et Jean-Paul Charuel devant la maison familiale, lieu de tournage du film.
Hubert Charuel (à droite) à côté de sa coscénariste et de ses parents Sylvaine et Jean-Paul Charuel devant la maison familiale, lieu de tournage du film. - © T.M.

Haute-Marne

Hubert Charuel est originaire de Droyes où ses parents (aujourd’hui en retraite) ont une exploitation laitière, il ne reprend pas la ferme car il préfère le cinéma.

Après l’obtention de son bac à Saint-Dizier, Hubert rejoint l’école de cinéma La Fémis. Il réalise 3 courts-métrages : une comédie dramatique «Diagonale du vide» en 2011, ce film de fin d’étude sera   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Avenir Agricole et Rural

la phrase de la semaine

Nous n’avons pas attendu l’agroécologie de Stéphane Le Foll pour travailler à la réduction de l’usage de pesticides. Mais pour atteindre le zéro résidu les producteurs n’ont ni besoin de dogmatisme ni d’arbitraire. Nous avons besoin de temps et de moyens

a déclaré Jacques Rouchaussé, président des producteurs de Légumes de France, en clôture du 61ème congrès de l’organisation le 17 novembre à Marseille.

Le chiffre de la semaine
179,5 Mt
en 2017-2018 pour le sucre.Selon l’organisation internationale du sucre (ISO), la production devrait atteindre 179,5 Mt en 2017-2018, contre 168,4 Mt en 2016-2017, (+ 6,6 %), tandis que la demande devrait augmenter de 1,7 % à 174,4 Mt.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui