L'Anjou Agricole 19 janvier 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Relations commerciales : les acteurs rappelés à leurs responsabilités

Le ministre de l’agriculture et la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie ont réuni le 19 janvier un comité de suivi des relations commerciales, alors que les remontées du terrain font état de négociations extrêmement difficiles. Ils ont rappelé les acteurs à leurs responsabilités, et réaffirmé la fermeté de l’Etat vis-à-vis du respect des principes des Etats généraux de l’alimentation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stéphane Travert (au centre) et Delphine Gény-Stephann (à droite).
Stéphane Travert (au centre) et Delphine Gény-Stephann (à droite). - © Actuagri

« Le dialogue a été franc mais, je pense, sincère », a commenté le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert, à l’issue du comité de suivi des relations commerciales qui s’est tenu le 19 janvier au sein de son ministère, en présence de la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, Delphine Gény-Stephann. « Nous avons appelé l’ensemble des acteurs à leurs responsabilités », a-t-il ajouté, alors que les différentes parties prenantes font état d’un climat de tension important dans ces négociations commerciales qui se sont ouvertes début décembre, juste après, pourtant, la signature d’une charte pour une équitable répartition de la valeur par les acteurs de la filière.

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, déplore des demandes de baisse allant de -2 % à - 8 % même pour des produits dont le coût de la matière première a augmenté, comme pour la viande bovine. « Les distributeurs ne jouent pas le jeu », estime-t-elle, insistant sur le « très fort mécontentement » des producteurs, en attente d’un retour de valeur sur leurs exploitations après plusieurs années de crise.

A l’inverse, Jacques Creyssel, président de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) regrette de son côté que les demandes de hausse ne reflètent pas le cours des matières premières, avec par exemple « des demandes d’augmentation de 11 % sur les pâtes, alors que le prix du blé dur a baissé de 5 % ».

Besoin de données fiables

A mi-parcours des négociations, il reste difficile de dresser un bilan et les données objectives manquent au gouvernement pour savoir qui ne joue pas le jeu, ont expliqué Stéphane Travert et Delphine Gény-Stéphann. Pour cette dernière, le comité de suivi permet cependant « de mesurer le degré d’effort et d’implication des acteurs » dans la construction du nouveau modèle de relations commerciales que les Etats généraux de l’alimentation veulent mettre en place.

La DGCCRF a présenté une étude qualitative du terrain, mais ne dispose pas de chiffres. Pour s’assurer néanmoins de la tenue des engagements pris par les acteurs, un certain nombre d’actions vont être mises en œuvre : la DGCCRF va maintenir une pression de contrôle élevée, le médiateur des relations commerciales agricoles va rencontrer les différents participants, un dispositif de suivi de la charte d’engagement sera mis en place en avril, associant les représentants des consommateurs, et l’Autorité de la concurrence sera saisie dans les prochains jours pour clarifier les possibilités d’action offertes aux acteurs du secteur agricole de structurer les filières, notamment en adaptant l’offre à la demande.

Un nouveau comité de suivi des relations commerciales sera réuni d’ici fin février, avant le Salon de l’agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Ce rapport n’apprend rien de nouveau aux consommateurs (…) que ce qui est déjà connu

Le rapport concernant les pesticides sur les fruits et les légumes de l’association de défense de l’environnement Générations Futures a été dénoncé par certaines organisations de producteurs.

Le chiffre de la semaine
12,9 milliards d’euros
Les exportations françaises de vin et spiritueux ont poursuivi leur croissance en 2017, atteignant un chiffre d’affaires historique de 12,9 milliards d’euros.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui