L'Anjou Agricole 17 juillet 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Grandes cultures - Moisson : une année normale pénalisée par les prix

Les récoltes s’annoncent satisfaisantes pour cet été 2014. Il ne manquera certainement que les prix pour que les producteurs puissent se réjouir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Livraison de blé dur, mercredi 16 juillet à Saint-Jean-des-Mauvrets.
Livraison de blé dur, mercredi 16 juillet à Saint-Jean-des-Mauvrets. - © AA

Année précoce, sauf pour la moisson. Les récoltes estivales ont démarré depuis quelques semaines, mais les parcelles de blé attendaient encore le passage de la moissonneuse le 14 juillet. Si les maïs ont profité d’une certaine alternance climatique ces dernières semaines, pour les cultures en fin de cycle, elles ne font que solliciter la patience des chefs d’entreprise. Contrairement à la précédente campagne qui avait été très tardive, pour le moment, et même si les blés étaient encore un peu en avance au début du mois, “nous ne sommes pas en retard”, tempère Florence Léon, de la Chambre d’agriculture 49. Depuis début juillet, “les précipitations ont été hétérogènes”, sur le territoire. “Tout le monde ne va pas pouvoir redémarrer en même temps”, ce que confirment les producteurs comme Dominique Janus, secrétaire FDSEA de la région du Baugeois : “Avec l’eau qu’il y a eu ici, la récolte n’avance pas vite. Les sols sont humides”, ce qui réduit d’autant l’amplitude horaire où les conditions sont favorables aux chantiers. “Certains feront des essais cette semaine”, confiait-il lundi, “mais avant de passer au blé, il reste encore un peu d’orge et du colza à battre.” Étienne Goiset, Terrena, estimait pour sa part que sur l’ensemble du département, environ 5 à 10 % de la sole d’orge restait à couper pour cette semaine et au moins “trois quarts de la collecte de colza a été réalisée.” De quoi dessiner les premières analyses de la récolte 2014 qui s’annonçait sous d’heureux auspices. “Les tendances sont plutôt bonnes”, pour les deux graines les plus précoces. “En colza, le rendements moyen sera surement entre 32 et 34 q/ha. En orge, le rendement est assez bon”, de l’ordre de 65 à 67 q/ha, avec une qualité tout aussi “satisfaisante : les poids spécifiques sont corrects et les taux d’humidité autour de 13,5 %.”
C’est d’autant plus positif qu’il n’y a “pas énormément de variabilité. Sauf en situation d’accident dans la culture, la bonne tendance est générale”, constate Étienne Goiset, qui se montre rassurant pour le blé : “il n’y a pas encore d’inquiétude à avoir”, malgré les pluies, “nous revenons sur une année normale”, en terme de date de récolte. Mais “la période actuelle – du 14 au 25 juillet - est déterminante. Elle conditionnera la qualité des blés”, complète Philippe Moulier, directeur commercial de Terrena. Dans le centre du département par exemple, où les chantiers avaient été interrompus par la pluie en fin de semaine dernière, “certains blés durs ont été récoltés car nous pouvons aller jusqu’à 17 % d’humidité”, constate Frédéric Lachambre, secrétaire FDSEA de la région d’Angers. Pour ceux qui restaient cette semaine, “nous pouvons craindre une perte de qualité par rapport au risque de mitadinage.”

Tendance baissière depuis trois mois

Sur les prix, c’est désormais la qualité des cultures au niveau mondial qui pourra apporter une légère éclaircie, ou non. En effet, sur les rendements, les prévisions de récoltes positives un peu partout dans les principaux bassins de production de l’hémisphère nord pèsent sur les marchés depuis plusieurs semaines. Ces prévisions devraient sans doute se confirmer à la récolte. “La tendance des cours est baissière depuis trois mois, constate Philippe Moulier, avec une accélération sur les quatre dernières semaines. Le seul paramètre qui reste réellement inconnu, c’est la qualité qui pourrait réduire les disponibilités de blé meunier. Mais ce n’est qu’une hypothèse”, qui n’a pas pour le moment de raisons particulières de se produire. Le même constat est valable pour le colza, avec une récolte attendue record pour le soja, “le cours du colza perd de 5 à 10 euros/t/semaine”, chiffre Philippe Moulier. “Tant que cette perspective de récolte ne sera pas invalidée”, et il n’y a pas de raison à court terme qui permette de l’envisager, “nous resterons sur un marché lourd.”

Ronan Lombard

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous ne manquerons pas de dénoncer leséventuelles entorses à la règle...

annonçait un communiqué des Jeunes agriculteurs (JA) le 19 septembre dernier, au sujet de l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
Spectacle » Pinocchio au Plessis-Macé
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un tueur
Le chiffre de la semaine
+ 0,6
% pour le lait en août. Selon les données présentées le 6 septembre par la Commission européenne lors de la réunion de l'Observatoire européen du marché laitier, le cours du lait à la ferme est remonté de 0,6 % au mois d'août pour la première fois depuis huit mois, suivant ainsi la tendance des produits laitiers sur le marché mondial.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui