L'Anjou Agricole 22 mars 2012 à 14h30 | Par L'Anjou Agricole

Lait - Atome, de Saint-Pierre-Montlimart, 3e meilleur taureau en race normande

Les éleveurs de normandes réunis au Gaec de la Bellière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Atome, fils de Talouette et d’Oberkampf.
Atome, fils de Talouette et d’Oberkampf. - © AA

C’est l’aboutissement d’un travail de sélection de longue haleine, commencé dans les années 1960 par la famille Audoin. Une grande satisfaction pour le Gaec et une fierté pour les éleveurs de normandes, réunis jeudi 15 mars à Saint-Pierre Montlimart. Le taureau Atome se classe 3e au catalogue des reproducteurs de la race normande, après Uperisé, 1er et Uvray, 2e. Fils de Talouette, mère à taureau et d’Oberkampf, père à taureau, Atome est né en 2006. Il fait partie de la sortie de juin de 2011 et est inscrit au catalogue depuis septembre 2011. “L’évolution des tables de pointage, en février, l’a fait remonter dans le classement”, explique Nicolas Audoin. Il se caractérise par de très grandes qualités de mamelles et de lait, et un index morphologique très intéressant. “Atome est numéro un sur le poste mamelle, son rapport lait/ mamelle est plus que remarquable”, complète Jean-Marie Courteille, le technicien de Créavia qui suit l’élevage. “Mon grand-père, puis mon père ont toujours travaillé avec les meilleurs reproducteurs, toujours avec des pères à taureaux confirmés ou, depuis quelques années, génomiques, raconte Nicolas Audoin. Les mères à taureaux sont élevées dans les meilleures conditions possibles au point de vue alimentaire et de l’environnement, pour pouvoir exprimer au maximum leur potentiel.”
La sortie de ce taureau montre le dynamisme des éleveurs du Maine-et-Loire, accompagnés de leur président Joseph Lambert. Le travail sérieux et motivé de sélection génétique a déjà permis de proposer d’autres géniteurs de qualité en race normande, comme Ricardo, Pompon et Raisinnoir.

S.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aujourd’hui, il est primordial que toutes les entreprises privées et coopératives donnent un véritable signal aux producteurs en s’appuyant notamment sur une conjoncture mondiale en amélioration depuis quelques semaines

affirme la FRSEA de l’Ouest dans un communiqué du 27 septembre.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La tentation d’être heureux
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
Spectacle » Pinocchio au Plessis-Macé
Le chiffre de la semaine
1,8
Mrd d'euros de déficit en fruits frais pour la France. Selon FranceAgriMer, durant les sept premiers mois de l'année 2016, le déficit commercial de la France en fruits frais atteint près d'1,8 milliard d'euros, ce qui correspond à un déficit supérieur de 11 % à celui de la même période en 2015 et de 43 % supérieur à celui de 2014.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui