L'Anjou Agricole 16 novembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Calamités agricoles : le prélèvement sur la trésorerie du fonds de garantie critiqué

Dans un communiqué diffusé le 13 novembre, la FNSEA critique vivement la décision gouvernementale de prélever 255 millions d’euros sur la trésorerie excédentaire du Fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FNSEA qualifie de « traitrise » ce dispositif inclus dans le projet de loi de finances rectificative adopté le 13 novembre.
La FNSEA qualifie de « traitrise » ce dispositif inclus dans le projet de loi de finances rectificative adopté le 13 novembre. - © AA

La fédération estime que « l’amputation –en douce- des moyens du FNGRA (largement issus de taxes payées par la profession) est un très mauvais signal alors même que son intervention reste indispensable pour accompagner la montée en puissance de l’assurance. » Au ministère de l’Agriculture, on répond que ce prélèvement est « sans effet sur la politique de prévention des risques » car il « laisse de quoi financer les calamités »qui ont eu lieu en 2015. De plus, l'Etat « complétera au besoin » les dotations de ce fonds si celles-ci ne devaient pas être suffisantes l'année prochaine.


Le document du ministère du budget précise aussi que le prélèvement laisse « une trésorerie prudentielle suffisante pour faire face à une année normale d’aléas climatiques. Cette mesure s’accompagne d’une baisse de prélèvements obligatoires pour la profession agricole, le PLF (projet de loi de finance) pour 2016 prévoyant une diminution de moitié du niveau des cotisations alimentant ce fonds. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aujourd’hui, il est primordial que toutes les entreprises privées et coopératives donnent un véritable signal aux producteurs en s’appuyant notamment sur une conjoncture mondiale en amélioration depuis quelques semaines

affirme la FRSEA de l’Ouest dans un communiqué du 27 septembre.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La tentation d’être heureux
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
Spectacle » Pinocchio au Plessis-Macé
Le chiffre de la semaine
1,8
Mrd d'euros de déficit en fruits frais pour la France. Selon FranceAgriMer, durant les sept premiers mois de l'année 2016, le déficit commercial de la France en fruits frais atteint près d'1,8 milliard d'euros, ce qui correspond à un déficit supérieur de 11 % à celui de la même période en 2015 et de 43 % supérieur à celui de 2014.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui