L'Anjou Agricole 09 novembre 2015 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Vin : le réchauffement du climat commence à bousculer les cahiers des charges

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les modifications du climat commencent à avoir des conséquences sur l'encépagement.
Les modifications du climat commencent à avoir des conséquences sur l'encépagement. - © AA

Les modifications du climat commencent à bousculer les cahiers des charges des production de vin, notamment en modifiant les encépagements. La commission scientifique et technique de l'INAO (Institut national de l'origine et de la qualité) a été saisie d'une demande de l'appellation viticole Gaillac de faire passer un cépage autochtone, le prunelard, du rang de cépage accessoire à celui de cépage principal dans les assemblages, a indiqué Éric Rosaz, responsable du pôle « vins, cidres et boissons spiritueuses » de l’INAO, le 6 novembre.

Jusque là, le cépage principal de l'appellation est le syrah. Le climat a été à l'ordre du jour les 4 novembre et 5 novembre aux comités nationaux viticoles IGP et AOC de l'INAO, avec le constat que l'année 2015 « est vraiment vraiment un bon millésime en qualité », a relaté Éric Rosaz.

À telle enseigne que cette année, des demandes d'acidification ont lieu, alors qu'habituellement ce sont les demandes de chaptalisation (ajout de sucre pour élever le degré d'alcool) qui prédominent.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aujourd’hui, il est primordial que toutes les entreprises privées et coopératives donnent un véritable signal aux producteurs en s’appuyant notamment sur une conjoncture mondiale en amélioration depuis quelques semaines

affirme la FRSEA de l’Ouest dans un communiqué du 27 septembre.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La tentation d’être heureux
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un tueur
Le chiffre de la semaine
1,8
Mrd d'euros de déficit en fruits frais pour la France. Selon FranceAgriMer, durant les sept premiers mois de l'année 2016, le déficit commercial de la France en fruits frais atteint près d'1,8 milliard d'euros, ce qui correspond à un déficit supérieur de 11 % à celui de la même période en 2015 et de 43 % supérieur à celui de 2014.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui