L'Anjou Agricole 09 février 2016 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Installation-transmission : des clés pour passer le relais à un jeune

Une réunion était organisée par la commission viande de l’antenne Layon-Saumurois de la Chambre d’agriculture, vendredi 5 février à Coron (49).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des futurs cédants, des jeunes et des élus se sont réunis à Coron pour parler transmission et installation en élevage allaitant.
Des futurs cédants, des jeunes et des élus se sont réunis à Coron pour parler transmission et installation en élevage allaitant. - © AA

Dans la région Layon-Saumurois, les statistiques prédisent plus de 80 départs en retraite d’agriculteurs par an, à partir de 2017. Le défi va être de les remplacer, de continuer à installer des jeunes, notamment en viande bovine. Pour en parler, la commission viande du CRDA Layon-Saumurois a rassemblé des éleveurs de plus de 55 ans de six communes  (Coron, Vezins, la Tourlandry, Valanjou, Cossé-d’Anjou et La Salle-de-Vihiers), des jeunes en recherche d’exploitations et des élus locaux, le 5 février. Parmi les cédants, Jean-Luc Charbonnier, de Coron. Cet éleveur en AOP Maine Anjou partira en retraite au 31 décembre 2017. « Deux candidats à l’agrandissement, et, récemment, une candidate à l’installation m’ont pour l’instant contacté », raconte l’éleveur, qui a suivi une session de formation sur la transmission à la Chambre d’agriculture.

Dans le contexte de la production bovine, l’agriculteur n’avait pas d’idée préconçue sur le devenir de son exploitation : « je me demandais s’il était préférable de conforter mes voisins ou d’installer un jeune, au risque de le mener dans la galère ».

Aider sans imposer ses vues

Aujourd’hui, il est prêt à « aider les candidats au mieux, mais ils seront maîtres à bord. Même si j’aimerais bien que l’exploitation soit reprise en rouge des prés, je ne suis pas fixé sur une production ». Se montrer  disponible auprès du repreneur tout en lui laissant toute sa liberté de chef d’entreprise, c’est un équilibre à trouver entre cédant et jeune.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 12 février 2016.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme des Miller
La sélectionde Jean-Paul Guéry » Le vertige des falaises
La sélection de Jean-Paul Guéry » Chute
La sélection de Jean-Paul Guéry » Personne n’a oublié
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme du bout du monde
Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui