L'Anjou Agricole 16 décembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Ne pas négliger la place de l’éleveur dans la relation commerciale

La Fédération nationale bovine souhaite mettre en place de nouvelle relation commerciale tripartite avec l’éleveur, la transformation et la distribution.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Bernier, administrateur FNB, Pierre Vaugarny, secrétaire général de la FNB, Mickaël Trichet, président de la section bovine de la FRSEA Pays-de-la-Loire et Jean-Pierre Fleury, président de la FNB
Thierry Bernier, administrateur FNB, Pierre Vaugarny, secrétaire général de la FNB, Mickaël Trichet, président de la section bovine de la FRSEA Pays-de-la-Loire et Jean-Pierre Fleury, président de la FNB - © AA

Établir de nouvelle relation commerciale où le prix au producteur ne soit plus un sujet tabou. C’est l’ambition de la FNB (Fédération nationale bovine). « Nous voulons repositionner le troupeau allaitant dans le marché intérieur pour atteindre le cœur de gamme », explique Jean-Pierre Fleury, président de la FNB, lors d’une conférence de presse à Angers, mardi 15 décembre. Pas d’IGP, ni d’AOC « qui restent des marchés de niches », mais juste une segmentation du marché pour une valorisation du troupeau de bovins viande français. Avec à la clé une revalorisation du prix. La FNB imagine une contractualisation tripartite où la place serait redonnée à l’éleveur dans les négociations.

Crise structurelle de l’élevage
« Malgré les négociations du mois de juin, les actions syndicales, le cours des vaches à viande est inférieur aujourd’hui à ce qu’il était en juin », constatent les responsables professionnels. « Le plan d’urgence ne donne qu’une légère bouffée d’air aux éleveurs mais il ne résout pas la crise structurelle de l’élevage. »
D’après le syndicat, depuis 15 ans, le prix de la viande bovine à la consommation a augmenté de 62 %, les coûts de production, de 58 %. Alors que le prix payé aux producteurs n’a été revalorisé que de 15 %. « Le doute s’est installé dans les campagnes. Les éleveurs ne gagnent que 0,7 Smic par mois. Ce n’est plus possible. » Loin d’être fataliste, Pierre Vaugarny, le secrétaire général de la FNB pense qu’ « il est possible de faire autrement.»  « Cette segmentation ne doit pas se faire à travers une marque d’entreprise », explique le président de la FNB faisant allusion à la stratégie de Bigard.

Plus d'infos dans L'Anjou agricole du 18 décembre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Les vendanges seront excessivement précoces dans tous les bassins de production, on aura à peu près partout 15 jours d’avance, même en Champagne.

a déclaré Jérôme Despey, président du conseil spécialisé Vins de FranceAgriMer et secrétaire général de la FNSEA.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Dis-moi que tu mens
» Les couleurs de la vie
» Tous les démons sont ici
La sélection de Jean-Paul Guéry » Frontier hôtel
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les jumelles d’Arrowood
Le chiffre de la semaine
433 000 000 M €
VINS ET SPIRITUEUXEn juin dernier, les échanges extérieurs du secteur agro-alimentaire atteignaient 433 M €, soit un recul de 45 M € sur juin 2016. Les exportations qui ont progressé de 137 M € par rapport à juin 2016, ne compensent cependant pas l’augmentation des importations, + 182 M € ; le solde s’avère encore déficitaire de - 72 M €.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui