L'Anjou Agricole 08 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Elevage : une enquête sur les hausses de prix de l'été

Les organisations des filières de productions animales (viande bovine, lait, porc) ont reçu, depuis mi-décembre, une demande d'information de la Commission européenne sur la gestion de la crise de l'élevage de l'été dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les organisations interrogées par Bruxelles ont jusqu'au 15 février pour répondre. Ensuite, la Commission décidera si elle entame une procédure contentieuse.
Les organisations interrogées par Bruxelles ont jusqu'au 15 février pour répondre. Ensuite, la Commission décidera si elle entame une procédure contentieuse. - © Actuagri

 

En juillet, trois réunions concernant le lait, la viande bovine et le porc avaient amené une partie des industriels et des distributeurs à relever les prix d'achat aux éleveurs. La Commission de Bruxelles veut s'assurer qu'il ne s'agissait pas d'une entente, comme celle qu'elle avait censurée en 2001 lorsque toute la filière bovine, en pleine crise de la vache folle, s'était entendue pour empêcher les prix de s'effondrer. La situation n'est plus la même en 2015.


« Nous n'avons jamais demandé de prix minimum, explique le président de la FNSEA Xavier Beulin, mais indiqué les niveaux en-dessous desquels les éleveurs ne s'en sortaient pas ! » Sur le fond, le président de la FNSEA s'étonne de la position de Bruxelles. « L'élevage connaît une crise grave, dit-il, et l'Europe n'a plus d'outils pour réguler les marchés et gérer efficacement les crises. Chaque pays doit essayer de trouver ses solutions. C'est ce que font notamment la Belgique, l'Allemagne et le Danemark en créant des fonds de soutien aux agriculteurs financés par le commerce ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui