L'Anjou Agricole 17 novembre 2015 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Gérer le bocage de manière durable

Le Lycée du Fresne, à Sainte-Gemmes-sur-Loire, accueillait cette semaine deux journées rassemblant des spécialistes du végétal. Un de leurs gros chantiers, la gestion des haies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des acteurs du territoire venus de toute la France ont réfléchi à la meilleure manière d’entretenir les haies.
Des acteurs du territoire venus de toute la France ont réfléchi à la meilleure manière d’entretenir les haies. - © AA

Elle protège contre les vents, elle freine l’écoulement de l’eau, elle est un lieu de vie pour les animaux, elle contribue à la beauté des paysages, et elle est, encore, source d’énergie renouvelable. La haie remplit nombreux services pour les agriculteurs et redevient, dans un contexte de transition énergétique, une source d’énergie à mobiliser. Lors de la journée organisée par l’Afac-Agroforesterie, le 16 novembre au lycée du Fresne, à Sainte-Gemmes-sur-Loire (49) des participants de toute la France ont échangé sur la gestion durable du bocage, de la plantation à la valorisation du bois. Gilles Beaujean, de la SCIC Maine-et-Loire Bois énergie, a présenté la démarche qui fédère aujourd’hui  80 associés coopérateurs, dont 44 fournisseurs de bois déchiqueté servant à alimenter des chaufferies.  Il a insisté sur l’aspect économique de la haie : « si l’entretien des haies ne représente qu’un coût pour les agriculteurs, cela risque de se terminer à coup de pelleteuse. Le rôle de la SCIC est notamment de les aider dans l’organisation des chantiers de coupe et dans la gestion durable de leurs ressources », a expliqué le conseiller.

L’exploitation du bois bocager ne peut se faire qu’à partir d’une filière structurée. « L’idée  est de fournir une énergie renouvelable sur le long terme aux clients. Nous avons du bois aujourd’hui mais si on ne le gère pas correctement, on peut rapidement ne plus en avoir demain ».

 

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 20 novembre 2015.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous n’avons pas attendu l’agroécologie de Stéphane Le Foll pour travailler à la réduction de l’usage de pesticides. Mais pour atteindre le zéro résidu les producteurs n’ont ni besoin de dogmatisme ni d’arbitraire. Nous avons besoin de temps et de moyens

a déclaré Jacques Rouchaussé, président des producteurs de Légumes de France, en clôture du 61ème congrès de l’organisation le 17 novembre à Marseille.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le couple d’à côté
La sélection de Jean-Paul Guéry » On la trouvait plutôt jolie
La sélection de Jean-Paul Guéry » Femme de feu
La sélection de Jean-Paul Guéry » La mort nomade
La sélection de Jean-Paul Guéry » Je peux me passer de l’aube
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Portes du bonheur
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le Parrain et le Rabbin
La sélection de Jean-Paul Guéry » Almanach des Terres de France
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Le bonheur en Cévennes
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Humanité : apothéose ou apocalypse ?
Le chiffre de la semaine
179,5 Mt
en 2017-2018 pour le sucre.Selon l’organisation internationale du sucre (ISO), la production devrait atteindre 179,5 Mt en 2017-2018, contre 168,4 Mt en 2016-2017, (+ 6,6 %), tandis que la demande devrait augmenter de 1,7 % à 174,4 Mt.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui