L'Anjou Agricole 05 août 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Mutualiser les tracteurs, réduire les charges

La Cuma Romaine à La Romagne est menée par un groupe tracteur organisé et attentif aux avancées technologiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le groupe tracteur de la Cuma Romaine a investi 220 000 euros cette année pour deux tracteurs, une charrue et une remorque.
Le groupe tracteur de la Cuma Romaine a investi 220 000 euros cette année pour deux tracteurs, une charrue et une remorque. - © AA

"Nous avons toujours eu un groupe tracteur performant qui a porté la Cuma". Pour Claude Martin, ancien président de la Cuma de La Romagne qui a connu sa création en 1992 : "enlever la traction des fermes était la volonté de départ". Dès l'origine du rassemblement, les cinq exploitations fondatrices ont ainsi investi dans deux tracteurs mutualisés. "En parallèle, nous avons supprimé trois tracteurs chez trois exploitants, se rappelle Philippe Levron, responsable du groupe. Il fallait absolument éviter les doublons pour que ça marche et permettre des économies de charges. C'est encore plus le cas actuellement". Car aujourd'hui, comme le résume Eric Canteneur, animateur machinisme Union des Cuma Vendée : "la traction peut représenter facilement 30 % des charges de mécanisation". Le diagnostic mené par l'union des Cuma des Pays-de-la-Loire et la Fédération des Cumas de la Mayenne précise même que "si l'on ajoute le carburant, on atteint près de 50%. Il s'agit là de postes sur lesquels il est nécessaire de travailler en priorité." À La Romagne, cette volonté a donc été gardée jusqu'en 2015 par les 13 exploitations du groupe tracteur (10 en 2013) qui forment le noyau dur de la Cuma Romaine qui embauche également un salarié.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 7 août 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les nouvelles obligations concernant Certiphyto sont très peu connues parce qu’elles n’ont fait l’objet d’aucune communication

alerte la Fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT). « Depuis le 1er octobre, les conditions de délivrance et de renouvellement des CIPP ont changé », selon un communiqué.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les vacances de Mma Ramotswe
Le chiffre de la semaine
302,10
euros pour le lait. La banque néerlandaise Rabobank a indiqué dans son rapport mondial 2017 sur les matières premières alimentaires, publié le 23 novembre, que le secteur laitier devrait sortir de ses années de prix très faibles. Les prix du lait devraient être soutenus en 2017 parce que, d'une part, la Commission a retiré l'équivalent de 4 millions de tonnes de lait liquide dans le cadre de son programme d'intervention en 2016. D'autre part la demande de produits laitiers a augmenté dans le ...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui