L'Anjou Agricole 18 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Situation des marchés des légumes d'hiver (Agreste)

Les légumes d'hiver sont victimes des températures douces encore ressenties sur la première quinzaine de janvier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les maraîchers souffrent pour la plupart d'une surproduction et d'un manque de consommation de leurs légumes, conséquences d'une météo encore trop clémente sur la première quinzaine de janvier.
Les maraîchers souffrent pour la plupart d'une surproduction et d'un manque de consommation de leurs légumes, conséquences d'une météo encore trop clémente sur la première quinzaine de janvier. - © AA

Chou-fleur : les conditions météos ont provoqué une croissance accélérée et des récoltes de chou-fleur anticipées de 4 à 5 semaines. Ainsi l'offre de chou-fleur a enregistré, un bond au mois de décembre (54 000 t contre moins de 23 000 t en décembre 2014) et s'est heurtée à une baisse de la consommation, encouragée par la douceur des températures. Le débouché vers la transformation parvient à absorber une partie des excédents, estime le ministère, mais « les installations de surgélation et le transport ralentissent leur activité en fin d'année alors que la pousse se poursuit dans les champs ». Si bien que les cours plongent à des niveaux particulièrement faibles.

 

Poireau : les températures douces n’ont eu en décembre qu’un impact modéré sur les cours du poireau, constate le ministère de l'Agriculture. « Bien qu’en baisse, ils restent supérieurs à ceux de la campagne précédente et se maintiennent au niveau de la moyenne 2010-2014 ». Dans les champs, « le planning des arrachages est bousculé et les gros calibres sont particulièrement présents »« Cependant, ces conditions douces et sèches favorisent une pression parasitaire modérée et des produits de qualité ». Tant et si bien que « décembre devient le mois de production record pour cette campagne ».


Laitue : sous l'effet des températures clémentes, les récoltes de laitue se sont poursuivies en fin d'année sur les cultures de plein champ et la production sur les superficies sous abri s'est montrée particulièrement précoce, observe le ministère de l'Agriculture. « Ces quantités de saison s'écoulent difficilement et les exploitants sont contraints de mettre en œuvre les premières destructions sur pied pour cette campagne », constate le ministère. Ces opérations se sont poursuivies en décembre. Malgré les faibles quantités disponibles sur les étals, la demande demeure peu dynamique et les cours, après avoir plongé en novembre, poursuivent la baisse en décembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

6,3 milliards d’euros d’apports de trésorerie remboursable ont été versés au 16 octobre

Selon le ministre de l’Agriculture, cette somme représente « environ 88 % du montant total de l’ATR » qui sera effectivement payé.

Le chiffre de la semaine
- 14,4 %
pour les vendanges européennes 2017.Toute l’UE est concernée par la baisse des volumes vendangés cette année, ce qui conduit à un recul de 14,4 % de la production de vin pour se situer à 145 Mhl selon la Commission européenne. Il s’agit de la plus faible vendange depuis 1945.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui