L'Anjou Agricole 15 mars 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les JA jugent « irréaliste » l'interdiction des néonicotinoïdes

L'interdiction des néonicotinoïdes a été réintroduite par les députés le 11 mars dans le projet de loi biodiversité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thomas Diemer, président de JA national.
Thomas Diemer, président de JA national. - © Actuagri

" La Commission du développement durable (de l'Assemblée nationale, NDLR) a adopté, à 13 voix contre 12, l'interdiction des néonicotinoïdes à compter de 2017. Cette interdiction est irréaliste, car il n'existe actuellement pas d'alternative économiquement et écologiquement viable ", juge le syndicat Jeunes agriculteurs, dans un communiqué, le 14 mars. Après avoir été supprimée par le Sénat en première lecture du projet, l'interdiction a ainsi été réintroduite le 11 mars dans le projet de loi biodiversité. Ce dernier doit être examiné en séance publique en deuxième lecture à l'Assemblée nationale à partir du 15 mars.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous ne manquerons pas de dénoncer leséventuelles entorses à la règle...

annonçait un communiqué des Jeunes agriculteurs (JA) le 19 septembre dernier, au sujet de l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés.

Le chiffre de la semaine
+ 0,6
% pour le lait en août. Selon les données présentées le 6 septembre par la Commission européenne lors de la réunion de l'Observatoire européen du marché laitier, le cours du lait à la ferme est remonté de 0,6 % au mois d'août pour la première fois depuis huit mois, suivant ainsi la tendance des produits laitiers sur le marché mondial.