L'Anjou Agricole 03 novembre 2015 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Budget : feu vert de l'Assemblée nationale aux crédits 2016 à l'agriculture, en baisse

L'Assemblée nationale a voté, le 2 novembre, en première lecture et sans retouche, les crédits 2016 pour l'Agriculture, l'Alimentation et la Forêt, en baisse, mais les sommes allouées globalement à l'agriculture restent quasiment stables en prenant d'autres éléments en compte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
"Cela ne remet pas en cause le soutien à l'agriculture ni aux agriculteurs", souligne Stéphane Le Foll.
"Cela ne remet pas en cause le soutien à l'agriculture ni aux agriculteurs", souligne Stéphane Le Foll. - © AA

Les Socialistes, radicaux de gauche, et écologistes «malgré des réserves», par exemple sur l'agriculture biologique ou les circuits courts, ont voté pour, ainsi que Bruno-Nestor Azérot, un élu ultramarin du groupe GDR. Le Front de gauche s'est abstenu. Les groupes Les Républicains et Union des démocrates et indépendants ont voté contre.

En recul pour la quatrième année, le budget de la mission «Agriculture, Alimentation, Forêt, Affaires rurales» va diminuer en 2016, de 129 millions, soit une baisse de 2,8% par rapport à 2015, pour s'établir à près de 4,5 milliards d'euros.

Ce budget n'inclut pas certaines mesures du plan gouvernemental pour répondre à la crise de l'élevage, qui seront examinées en fin d'année dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour 2015.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a insisté sur un «effort surtout sur le fonctionnement» d'un ministère participant à «la réduction de la dépense publique» en vue de la diminution du déficit engagée depuis 2012, «mais cela ne remet pas en cause le soutien à l'agriculture ni aux agriculteurs».

Le budget voté, ce 2 novembre, ne comprend pas les crédits européens découlant de la Politique agricole commune (PAC), ni les allégements de cotisations, en forte hausse autour de 4,3 milliards d'euros sous l'effet principalement de la poursuite de la montée en puissance du Pacte de stabilité, CICE inclus, plaide le gouvernement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
La sélection de Jean-Paul Guéry » Jazz
Le chiffre de la semaine
4
% de végans. Dans une enquête menée sur Internet auprès de 1 000 Français âgés de 15 ans et plus, le cabinet Harris interactive observe l'émergence de plusieurs « nouveaux régimes alimentaires » (végan, chrono nutrition, paléo, crudivore, fléxitarien). 4 % des Français interrogés déclarent pratiquer un régime végan - sans produits animaux - (dont 47 % d'entre eux le pratiquent depuis moins de six mois).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui