L'Anjou Agricole 10 juillet 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Porcs : inventaire des engagements de hausses de prix non tenus

Le marché au cadran clôture en hausse de 2 centimes. L'ambiance de marché est cependant conditionnée par « des éléments contradictoires », note le MPB.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FNP déplore le non respect des engagements pris par l'aval pour faire remonter le prix du porc.
La FNP déplore le non respect des engagements pris par l'aval pour faire remonter le prix du porc. - © AA

 

Après trois semaines de baisse sous la pression du cours allemand, le marché du porc breton (MPB) de Plérin a clôturé en hausse de 2,1 centimes le kilo, lors de sa séance du 9 juillet. Selon le MPB, des éléments perturbent le marché : « hausse en Allemagne de 2 centimes, écart de prix très favorable au prix français par rapport au prix allemand, difficulté d'exportation des produits français du fait d'un manque de compétitivité, consommation saisonnière française mitigée ».

E. Leclerc via son acheteur Kermené dit avoir retrouvé un positionnement « clair à la hausse » conformément à ses engagements. La FNP estime en revanche que « Leclerc a fait illusion huit jours ». Après l'assemblée générale de la FNP, « son acheteur se contentait de suivre la hausse moyenne ».

Pour les éleveurs, « seul Intermarché aujourd'hui tient sa parole et essaie de tirer le cours du porc vers le haut ». Les autres, « Bernard, Bigard et Abera tirent vers le bas ». La FNP s'en prend également aux « éleveurs responsables de certaines structures » qui n'auraient également pas fait remonter les cours.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui