L'Anjou Agricole 12 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Compte pénibilité : Légumes de France appelle ses adhérents à ne pas déclarer

Confirmé par Jacques Rouchaussé lors du Sival, le conseil d’administration de Légumes de France a décidé, le 6 janvier, « de ne pas déclarer de facteurs de risques pour le moment » étant donné « le flou qui existe dans l’application de ce dispositif ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France.
Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France. - © AA

Alors que les employeurs de main d’œuvre doivent, depuis le 1er janvier 2016, déclarer les salariés exposés aux 4 premiers risques recensés dans le « compte pénibilité », Légumes de France appelle ses adhérents à ne pas déclarer.

Légumes de France, « toujours opposé à l’application du compte pénibilité », joue la montre, s’appuyant sur les décrets du 30 décembre qui indiquent que les employeurs de main d’œuvre pourront rectifier leur déclaration sans pénalité jusqu’au 30 septembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’APCA ira au devant des candidats aux élections présidentielle et législatives pour leur présenter les mutations qu’elle envisage pour l’agriculture

a déclaré Claude Cochonneau son président, le 22 février.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui