L'Anjou Agricole 03 mars 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Mieux pour l’herbe, mieux pour les animaux

éleveur de charolaises dans le Vihiersois, Jean-Pierre Martineau pratique le pâturage dynamique depuis 2012. Résultat : une herbe plus riche et des performances animales satisfaisantes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le pâturage dynamique augmente la productivité de la prairie, a constaté Jean-Pierre Martineau, à Saint-Hilaire-du-Bois.
Le pâturage dynamique augmente la productivité de la prairie, a constaté Jean-Pierre Martineau, à Saint-Hilaire-du-Bois. - © AA

Partant du principe qu’ « économiquement, l’herbe pâturée est ce qu’il y a de plus intéressant », Jean-Pierre Martineau s’est formé, avec Elvéa, à la technique du pâturage dynamique. Il la pratique depuis quatre ans dans son exploitation de 96 hectares, dont 72 en herbe. « Une vingtaine d’hectares, dont une partie près de la stabulation, sont consacrés au pâturage dynamique, explique-t-il. Les animaux sont placés dans des paddocks de 50 à 60 ares, pendant deux, voire trois jours maximum. L’herbe est laissée au repos pendant au moins 20 jours, jusqu’à 30 jours en été. « Il faut veiller à ne pas raser l’herbe, sinon elle aura du mal à repartir », note l’éleveur. Les changements de parcelles se passent en général aisément : « j’ai des bêtes dociles. Je privilégie le matin pour les changer de paddocks, elles sont encore plus calmes ».
Priorité est donnée aux animaux en croissance : vaches avec leurs veaux, jeunes bêtes, ou encore vaches à l’engraissement.

Plus d'infos dans l'Anjou agricole du 4 mars 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui