L'Anjou Agricole 29 février 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

2 millions d’€ supplémentaires de Fac pour les éleveurs du Maine-et-Loire

La cellule d’urgence s’est réunie le 24 février. Les mises en paiement auront lieu avant fin mars pour les 480 nouveaux dossiers éligibles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Suite aux annonces du Président de la République, une nouvelle enveloppe de 2,02 millions d’euros a été allouée aux éleveurs du Maine-et-Loire, qui complète la précédente enveloppe attribuée en septembre dernier (de 2,3 millions d’euros dont 342.000 € n’avaient pas encore été consommés et qui se rajoutent à la nouvelle enveloppe).

La cellule d’urgence s’est donc réunie en Préfecture pour discuter de nouveaux critères d’attribution, qui s’établissent dans un cadre retreint car le Ministère avait d’ores et déjà dicté une règle : « ne peuvent être attributaires que les éleveurs ayant déposé une demande d’aide Fac élevage avant le 31 décembre 2015 ». Il n’y aura donc pas de nouveaux dépôts de dossiers.

Des critères d’accès plus souples

Les critères retenus ont été assouplis pour faire rentrer un maximum de dossiers, avec un objectif d’aller vers un taux de spécialisation en élevage aux alentours de 65 % et un taux annuités / EBE à 55 % ; le tout pour des dossiers déposés avant le 31 décembre. Il n’y aura pas de nouveau dossier à remplir mais la DDT peut demander à certains exploitants de compléter leurs dossiers initiaux.

Au final, ce sont 480 éleveurs qui sont bénéficiaires de cette aide Fac, qui sera mise en paiement avant la fin mars.

Plus d'infos dans l'Anjou agricole du 4 mars 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme des Miller
La sélectionde Jean-Paul Guéry » Le vertige des falaises
La sélection de Jean-Paul Guéry » Chute
La sélection de Jean-Paul Guéry » Personne n’a oublié
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme du bout du monde
Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui