L'Anjou Agricole 24 mars 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Pérenniser la production de viande bovine

Suite à une étude sur les évolutions des demandes du marché en viande bovine, Ter’élevage, Bovinéo et la Chambre d’agriculture régionale apportent des pistes pour maintenir le troupeau allaitant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De droite à gauche : Hubert Garraud, président de Terrena, Christophe Godet, président de Ter’élevage, Christiane Lambert, première vice-présidente de la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire, Mickaël Bazantay, président de Bovinéo et Alain Denieulle, président de GIE élevage Pays-de-la-Loire.
De droite à gauche : Hubert Garraud, président de Terrena, Christophe Godet, président de Ter’élevage, Christiane Lambert, première vice-présidente de la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire, Mickaël Bazantay, président de Bovinéo et Alain Denieulle, président de GIE élevage Pays-de-la-Loire. - © AA

«L’acte de production en viande bovine doit correspondre au besoin de consommation », constate Hubert Garraud, président de la coopérative Terrena. Les coopératives Terrena et Cavac, au travers de leurs organisations de producteurs Ter’élevage
et Bovinéo, avec la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire, ont mené une étude sur les évolutions des demandes du marché en viande bovine. Des travaux qui ont permis aux organismes de construire de nouvelles pistes « pour maintenir le potentiel de production dans les Pays-de-la-Loire », note Christiane Lambert, première vice-présidente de la Chambre régionale.

Le haché, un segment prioritaire
Premier constat : « le haché n’est plus à négliger. Il doit être un segment prioritaire », s’accordent tous les responsables professionnels. Sa production augmente d’année en année. « + 5 % en 6 ans », remarque Christiane Lambert. « S’il progresse en volume, il perd en valeur », regrette Mickaël Bazantay, président de Bovinéo. « Nous devons tirer le haché vers le haut, lui donner plus de valeur. »
Si le segment supérieur demeure dans une dynamique positive, le cœur de gamme (le segment intermédiaire), lui, est en perte de valeur.

Rajeunir le troupeau
Autre constat qui a surpris les organisations professionnelles, la part conséquente de vaches âgées de plus de 8 ans à leur abattage. Cette part représente 30 % de la production ligérienne en 2014.
« Or, les vaches sont jugées de qualité (régularité de goût, tendreté) et peuvent être bien  valorisées jusqu’à 8 ans », constate Alain Denieulle, président du GIE Elevage Pays-de-la-Loire.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 25 mars 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous ne manquerons pas de dénoncer leséventuelles entorses à la règle...

annonçait un communiqué des Jeunes agriculteurs (JA) le 19 septembre dernier, au sujet de l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
Spectacle » Pinocchio au Plessis-Macé
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un tueur
Le chiffre de la semaine
+ 0,6
% pour le lait en août. Selon les données présentées le 6 septembre par la Commission européenne lors de la réunion de l'Observatoire européen du marché laitier, le cours du lait à la ferme est remonté de 0,6 % au mois d'août pour la première fois depuis huit mois, suivant ainsi la tendance des produits laitiers sur le marché mondial.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui