L'Anjou Agricole 08 janvier 2016 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Des tomates fraîches toute l'année

Grâce à la technique de pasteurisation à froid, la toute jeune société angevine P&P Fruits, basée à Beaupréau, propose des fruits et légumes frais, bio et français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marc et Guillaume Pajotin, de la société P&P Fruits.
Marc et Guillaume Pajotin, de la société P&P Fruits. - © AA

 

Du rouge, avec la Cœur de bœuf, du jaune, avec la Lemon boy, du brun, avec la Noire de Crimée. La jeune société angevine P&P Fruits décline la tomate en trois couleurs, été comme hiver. « Notre but ? Faire manger de la bonne tomate toute l’année », résume Guillaume Pajotin qui a lancé cette entreprise avec son frère Marc en 2014, avec un capital de 175 000 euros. Les deux frères ont réuni leurs compétences d’ingénieur agronome de l’ésa (école supérieure d’agriculture d’Angers), pour Marc et de commercial pour Guillaume. Leurs tomates biologiques se présentent en dés sous sachets plastiques, crues, sans additif ni conservateur et se conservent dix mois après achat. Seule, une pincée de sel de Guérande est ajoutée à la Cœur de bœuf.


Pasteurisation à froid

 

Ce produit innovant, qui sera présenté lors du Forum du Sival, la semaine prochaine, est rendu possible par la pasteurisation à froid – haute pression. « La pasteurisation à froid a l’avantage de conserver les qualités organoleptiques du produit, son goût, sa texture, au-delà de dix mois », explique Guillaume Pajotin. Son frère Marc a fait de cette technologie le sujet de son mémoire de fin d’études, il y a une quinzaine d’années, avant d’aller travailler chez Leroux (la chicorée) dans le Nord de la France.

Mini-conférence au Sival

Mercredi 13 janvier, de 13 h 45 à 14 h 15, Marc Pajotin présentera sa société au Forum Sival, (Grand Palais, près de l’espace Vegepolys). Sur le thème : “P&P Fruits, un exemple de technologie au service de la valorisation des fruits et légumes”. www.sival-angers.com

 



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme des Miller
La sélectionde Jean-Paul Guéry » Le vertige des falaises
La sélection de Jean-Paul Guéry » Chute
La sélection de Jean-Paul Guéry » Personne n’a oublié
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme du bout du monde
Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui