L'Anjou Agricole 04 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Vigne : le nouveau régime des plantations se met en place

Davantage de vignes pourront être plantées en France dès le 1er janvier, y compris pour produire des vins sans indication géographique, ouvrant la voie à une légère croissance du vignoble national, en régression depuis des années.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les arrêtés encadrant ce nouveau dispositif d'autorisations de plantation doivent être publiés au Journal officiel et permettront à l’État d'autoriser chaque année la plantation de nouvelles vignes, sur une superficie correspondant au maximum à 1% du vignoble actuel (8 000 hectares en 2016).
Les arrêtés encadrant ce nouveau dispositif d'autorisations de plantation doivent être publiés au Journal officiel et permettront à l’État d'autoriser chaque année la plantation de nouvelles vignes, sur une superficie correspondant au maximum à 1% du vignoble actuel (8 000 hectares en 2016). - © AA

La réforme européenne à l'origine de ce changement inverse les règles pour les autorisations de plantation. Jusqu'alors, l'extension des vignobles était interdite a priori et devait être justifiée par les demandeurs (producteurs ou négociants). A présent, les plantations sont autorisées a priori, dans la limite de 1% du vignoble existant dans chaque pays. Il reviendra aux autorités de motiver un refus d'extension. En outre, des autorisations de plantations pourront désormais être délivrées à des vignes destinées à la production de vins non couverts par une indication géographique (AOC ou IGP), qui correspondent à l'ancienne catégorie des « vins de table ».

 

En France, les autorisations seront délivrées sous réserve d'un engagement de ne pas détourner la notoriété d'une appellation ou indication protégée (par exemple le champagne) et donc d'en respecter le cahier des charges au moins jusqu'en 2030. Une priorité sera accordée aux producteurs âgés de moins de 40 ans.

 

Entre 2000 et 2012, le vignoble français a reculé de 14% pour atteindre 750 000 hectares, selon FranceAgriMer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui