L'Anjou Agricole 12 avril 2007 à 17h06 | Par L'Anjou Agricole

Élevage de porcs - Prédominance de l’énergie électrique en élevage de porcs

Le point sur les consommations énergétiques dans les élevages de porcs où l’on observeune prédominance de l’énergie électrique. Première économie à réaliser : optimiser l’existant.

Abonnez-vous Imprimer

L’énergie électrique est utilisée dans l’ensemble des élevages de porcs. Dans les élevages naisseurs-engraisseurs, elle représente plus des trois-quarts de l’énergie consommée (ventilation, chauffage...). Vient ensuite le fioul utilisé pour le groupe électrogène (environ 15 % des consommations). Ces chiffres restent quasiment inchangés chez les naisseurs. Chez les post-sevreurs-engraisseurs,
l’électricité représente plus de 85 % de l’énergie consommée.

À lire en page 13 dans l'Anjou Agricole du 13 avril 2007.

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Produire pour nourrir, c’est dans l’ADN des agriculteurs

rappelle Angélique Delahaye, présidente de Solaal. Les filières fruits et légumes traversent une période commercialement difficile  : l’offre est très nettement supérieure à la demande.

Culture & Vous
La sélectionde Jean-Paul Guéry » La Frondeuse
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Pour le meilleur et pour le pire
La sélection de Jean-Paul Guéry » Matin d’écume
» La sélection de livres de Jean-Paul Guéry
La sélection de Jean-Paul Guéry » Renaud
Le chiffre de la semaine
- 1,12 Mt
de réduction de la production de lait. La Commission européenne se félicite du succès du programme européen de réduction de la production de lait dans l’UE dont les résultats ont été publiés le 6 juillet. Ainsi, ce sont 48 290 agriculteurs qui ont participé à ce programme qui a permis une réduction de la production de lait de 1,12 million de tonnes.