L'Anjou Agricole 17 juin 2015 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Les entrepreneurs des territoires montent au créneau

Quelle semaine ! Les entrepreneurs de travaux agricoles manifestaient eux-aussi ce matin devant les préfectures du Mans, Laval et La Roche-sur-Yon, pour demander des mesures urgentes d'assouplissement réglementaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une partie des EDT des Pays-de-la-Loire, dont les EDT du Maine-et-Loire, était ce matin devant les grilles de la préfecture du Mans.
Une partie des EDT des Pays-de-la-Loire, dont les EDT du Maine-et-Loire, était ce matin devant les grilles de la préfecture du Mans. - © Agri72

Une quarantaine d’entrepreneurs de travaux agricoles s’était positionnée ce matin devant les grilles de la préfecture du Mans, alors qu’une délégation des EDT des Pays-de-la-Loire était reçue par le directeur de cabinet de la préfecture de la Sarthe. La reprise du même mot d’ordre simultanément dans des manifestations à la Roche-sur-Yon et à Laval avait d’abord comme but de “ rappeler aux pouvoirs publics l’existence même des EDT dans le paysage agricole ”, selon Franck Bellesort, le secrétaire régional des Entrepreneurs des Pays-de-la-Loire, qui a mis en avant les quelques 4 100 emplois générés par les EDT.


L’interdiction de la taille des haies entre le 1er avril et le 31 juillet, imposée par la Pac 2015 dans le cadre des BCAE (Bonnes conditions agricoles et environnementales), juste au moment du démarrage de cette importante période d’activité, est notamment à l’origine de la colère des EDT. L’arrêt de cette prestation pendant quatre mois -soit presque la moitié du temps où il est techniquement possible d’intervenir dans les champs- aura un impact direct sur l’emploi dans les “ entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers qui ont investi dans une main-d’oeuvre qualifiée, et des engins spécialisés pour réaliser les activités d’élagage indispensables à l’entretien des paysages ”.


Pour les mêmes raisons, la restriction des périodes d’épandage par le dernier programme d’action de la directive nitrate génère une perte de rentabilité pour les entreprises.


Troisième cause de crispation : la suppression par la loi de finance 2015 de l’allègement de charges “ Travailleurs Occasionnels Demandeurs  d’Emploi ”.



Les représentants des EDT Pays-de-la-Loire devant la grille de la Préfecture du Mans. A droite de la photo, Philippe Horreau, président EDT 49.
Les représentants des EDT Pays-de-la-Loire devant la grille de la Préfecture du Mans. A droite de la photo, Philippe Horreau, président EDT 49. - © Agri72

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui