L'Anjou Agricole 31 décembre 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

MSA : un régime spécifique à préserver

Les ressortissants de la MSA sont appelés à voter pour renouveler leurs représentants sur les territoires, du 12 au 27 janvier. Rencontre avec l’un d’eux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Charles Méline, délégué d’Angers Nord et 2e vice-président de la caisse de MSA 49.
Charles Méline, délégué d’Angers Nord et 2e vice-président de la caisse de MSA 49. - © AA

“Nous élus, sommes là pour faire avancer la “boutique” MSA que les anciens ont mise en place”. Un engagement qui a du sens pour Charles Méline, éleveur laitier en individuel à La Meignanne, impliqué depuis de longues années à la Mutualité sociale agricole. Au niveau local et dans le conseil d’administration dont il assure la 2e vice-présidence, pour le collège des exploitants. Alors que les 137 886 ressortissants* de la caisse de Maine-et-Loire (52 491 non salariés et 85 395 salariés) sont appelés à voter, en ce mois de janvier, Charles Méline témoigne de son attachement à cette institution spéficique au monde agricole, qui prône trois valeurs : la solidarité, la responsabilité et la démocratie sociale.
“Ce sera le 18e scrutin en 2015. Le premier vote a eu lieu en 1949, ce n’est pas si loin que ça”, rappelle l’agriculteur. Un régime récent, à protéger et à défendre : “Régulièrement, depuis vingt ans, j’entends des bruits qui courent, comme quoi le régime MSA serait absorbé par le régime général de sécurité sociale. S’il y a des ponts, du travail en commun effectué, ce n’est absolument pas à l’ordre du jour”. D’ailleurs, le nombre de ressortissants se maintient. Le Maine-et-Loire a la particularité, avec la Gironde,   d’être les seuls départements français encore dotés d’une caisse MSA départementale...

S. H.
*chiffres MSA Maine-et-Loire au 1er juillet 2013

La suite dans l'Anjou agricole du 2 janvier 2015.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
La sélection de Jean-Paul Guéry » Jazz
Le chiffre de la semaine
4
% de végans. Dans une enquête menée sur Internet auprès de 1 000 Français âgés de 15 ans et plus, le cabinet Harris interactive observe l'émergence de plusieurs « nouveaux régimes alimentaires » (végan, chrono nutrition, paléo, crudivore, fléxitarien). 4 % des Français interrogés déclarent pratiquer un régime végan - sans produits animaux - (dont 47 % d'entre eux le pratiquent depuis moins de six mois).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui