L'Anjou Agricole 25 février 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

« Montrer que nous sommes encore là »

Quatre éleveurs de jersiaises de Maine-et-Loire participeront au Concours général agricole, lundi 29 février* à Paris. Parmi eux, Philippe Bourgeau, de Juvardeil.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Ils ont hésité à amener des animaux à Paris, tant la crise qui touche la production laitière est profonde, entamant les trésoreries et le moral des agriculteurs. Les éleveurs de jersiaises de Maine-et-Loire ont finalement décidé de se rendre au concours général, avec leurs vaches. Ils sont quatre à faire le déplacement : l’élevage Gaborit de Maulévrier, l’EARL du Mortier (Christine et Philippe Gremaud) de Varennes-sur-Loire, le Gaec de la Moisandière (Philippe Bourgeau) de Juvardeil et le Gaec du Pâtis Candé (Sébastien Ferrard et Jean-Laurent Jubin) de Saint-Georges-sur-Loire, qui présente une vache suppléante, un élevage de l’Est de la France s’étant retiré du concours en raison de la conjoncture. Avec deux autres éleveurs français, les Angevins seront les principaux représentants de la race à Paris.

Un prêt pour étaler la dette
Philippe Bourgeau, un des pionniers de la jersiaise dans le Maine-et-Loire, habitué du Concours général agricole depuis une vingtaine d’années, se dit cette fois « pas motivé ». Il monte à Paris avec la seule envie de retrouver la grande famille de la jersiaise et de « montrer au grand public et aux hommes politiques qu’on est encore là, et qu’on espère être là à nouveau l’an prochain ». Car sur le terrain, les difficultés s’accroissent. L’automne dernier, l’agriculteur a dû aller voir son banquier pour contracter un prêt sur 5 ans, afin d’« étaler la dette ». Sur le Gaec, la baisse du prix du lait a creusé un déficit de 25 000 euros. Alors, au Salon de l’agriculture, Philippe Bourgeau voudrait « essayer d’expliquer aux Parisiens ce que l’on vit ». Des visiteurs qui pourront rencontrer les éleveurs autour des six animaux présents, mais aussi sur un stand de produits laitiers à base de lait de jersiaise.

S.H.

* Concours jersiais, lundi 29 février, de 10 h 30 à 11 h 30, ring de présentation, Hall 1.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous passerons par la loi Potier (relative à l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle)

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a indiqué qu’il passera par la loi pour rétablir le contenu de l’ordonnance encadrant les CEPP (Certificats d'économie de produits phytosanitaires).

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Jazz
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
Le chiffre de la semaine
311,10
euros, prix moyen pour le lait. Suite à des négociations, les représentants de Sunlait (association de 12 organisations de producteurs) et de Savencia (ex-Bongrain) ont validé les prix suivants (prix de base moyens Sunlait à 38/32, flexibilité additionnelle comprise) : 320 EUR/1 000 l en janvier et février et 310 EUR/1 000 l pour mars (chiffres officiels publiés sur le site de Sunlait, le 30 décembre, à l'issue de négociations achevées le 20 décembre).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui