L'Anjou Agricole 26 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Secteurs de l'élevage - De nouvelles mesures au plan de soutien

290 millions d'euros supplémentaires au plan de soutien à l'élevage, ont été annoncés par le ministre Stéphane Le Foll le 26 janvier. Pallier aux multiples crises, économiques et sanitaires reste le principal objectif des nouvelles sommes en jeu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture.
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture. - © Actuagri

 

125 millions d’euros seront débloqués pour les secteurs porcins, laitiers et bovins en complément des 700 M€ prévus au plan de soutien initial, dévoilé au mois de septembre dernier, a annoncé le ministre de l’Agriculture, le 26 janvier à Paris. Ce nouveau montant se décline via trois outils, à savoir le fonds d’allègement des charges (50 M€), les cotisations MSA (50M€) et l’année blanche (25 M€).


FCO
Les autres mesures annoncées concernent le déblocage de 35 M€ d’indemnisation relatifs à la Fièvre catarrhale ovine (FCO), dont 31 M€ iront directement aux éleveurs du grand bassin allaitant. « Le temps que la vaccination se mette en place » indique le ministre. Les 4 M€ restant seront octroyés aux commerçants à bestiaux affectés par la crise.

Un Fonds pour la filière palmipède
130 M€ seront versés aux éleveurs et accouveurs pour compenser l’impact du « vide sanitaire » appliqué depuis le 18 janvier dans le département du Sud-ouest. Un calendrier d’assainissement va être mis en œuvre dans un but de reprise de l’élevage prévu pour début mai, « avec des cannetons et volailles sains » insiste le ministre.


Xavier Beulin, président de la FNSEA.
Xavier Beulin, président de la FNSEA. - © AA

Xavier Beulin : " il faut faire vite !"

Réagissant aux mesures complémentaires de soutien aux éleveurs, Xavier Beulin a appelé l’administration à faire vite. « Je prends acte du complément du Plan de soutien à l'élevage (PSE) mais j'appelle l'administration à accélérer les procédures, car quand un agriculteur est en difficulté ça se voit et se mesure rapidement », affirme le président de la FNSEA. La rallonge de 290 millions annoncée par le ministre de l'Agriculture, dont 130 pour les canards à foie gras, était "attendue" pour traiter des conséquences de la crise sanitaire dans ce secteur , a-t-il indiqué. « Personne ne remet en cause ces mesures sanitaires qui étaient difficiles à prendre. Mais il faut désormais aider à en assumer les conséquences économiques chez les éleveurs qui se retrouvent sans revenus », a-t-il poursuivi. Xavier Beulin a par ailleurs déploré l'effet « rustines » des mesures de soutien « qui montre qu'on ne traite pas vraiment les problèmes structurels ».


Plus d'informations dans le journal l'Anjou agricole du vendredi 29 janvier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les nouvelles obligations concernant Certiphyto sont très peu connues parce qu’elles n’ont fait l’objet d’aucune communication

alerte la Fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT). « Depuis le 1er octobre, les conditions de délivrance et de renouvellement des CIPP ont changé », selon un communiqué.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les vacances de Mma Ramotswe
Le chiffre de la semaine
302,10
euros pour le lait. La banque néerlandaise Rabobank a indiqué dans son rapport mondial 2017 sur les matières premières alimentaires, publié le 23 novembre, que le secteur laitier devrait sortir de ses années de prix très faibles. Les prix du lait devraient être soutenus en 2017 parce que, d'une part, la Commission a retiré l'équivalent de 4 millions de tonnes de lait liquide dans le cadre de son programme d'intervention en 2016. D'autre part la demande de produits laitiers a augmenté dans le ...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui