L'Anjou Agricole 28 décembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le climat doux favorise la mise à l'herbe des ruminants

Les conditions de température et de pluviométrie actuelles permettent la mise à l’herbe cet hiver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Jean-Christophe Moreau, chef de projet à l’Institut de l’élevage, le confirme : « il est un fait qu’avec un temps beaucoup plus doux, on peut faire pâturer dehors ».  « Nous avions déjà vécu un hiver de ce type en 2003 », précise-t-il.

 

Selon lui, pour les ovins, la pousse de herbe actuelle permet de maintenir même les brebis en gestation à l’extérieur. Par contre, pour les bovins« cela reste possible pour les lots à moindre besoins alimentaires », explique-t-il comme les vaches taries, avec un allègement du chargement. « Cela peut faire économiser du fourrage dans les élevages », observe-t-il tout en précisant qu’« il faut veiller à ne pas dégrader le potentiel des pâtures ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme des Miller
La sélectionde Jean-Paul Guéry » Le vertige des falaises
La sélection de Jean-Paul Guéry » Chute
La sélection de Jean-Paul Guéry » Personne n’a oublié
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme du bout du monde
Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui