L'Anjou Agricole 21 septembre 2015 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Porc : Bigard-Socopa ne respectera pas la cotation du MPB cette semaine

Dans un courrier daté du 17 septembre adressé à ses «apporteurs de porcs», le groupe Bigard annonce qu'il achètera, la semaine du 21 septembre, ses porcs sur une base de référence de 1,329€/kg, contre 1,372€/kg à la dernière cotation du marché du porc breton (MPB).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Dans ce document transmis par la FRSEA Bretagne, le groupe met en avant « ses effrayants résultats économiques pour le maillon abattage découpe qui se trouve totalement marginalisé sur le marché européen ». Bigard explique qu'il faut « s'engager dans un début d'alignement du prix du porc correspondant à l'offre et la demande »Le groupe n'achète plus au cadran depuis le 10 août, mais respectait jusqu'ici la cotation fixée.

La FNP dénonce « une véritable déclaration de guerre » de Bigard

Dans un entretien à Agra Presse le 18 septembre, le président de la Fédération nationale porcine (FNP) Paul Auffray a qualifié l'annonce du groupe Bigard de ne plus suivre les cotations du marché du porc breton (MPB) à partir de cette semaine de « véritable déclaration de guerre »« Nous allons répondre à la hauteur de cette provocation », promet P. Auffray, qui annonce « des actions syndicales pures et dures », probablement dès lundi, et en appelle à la grande distribution (« On ne peut pas être pour les éleveurs, et laisser faire Bigard »).

Si elle est appliquée, la décision de Bigard pourrait « achever le cadran », estime-t-il. « On reviendrait à des relations commerciales dignes du Moyen-Âge, des prix à la tête du client ! »


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme des Miller
La sélectionde Jean-Paul Guéry » Le vertige des falaises
La sélection de Jean-Paul Guéry » Chute
La sélection de Jean-Paul Guéry » Personne n’a oublié
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme du bout du monde
Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui