L'Anjou Agricole 27 octobre 2015 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Alimentation/Santé : la relation viande rouge/charcuterie et cancer fait polémique

Réactions des acteurs des filières animales et du Ministre de l'agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La publication, qui se baserait sur près de 800 études collectées, informe que le cancer colorectal arriverait en tête des maladies associées à la consommation de viande rouge. Ainsi, une consommation de 100 g de viande rouge par jour pourrait augmenter de 17 % le risque de cancer colorectal. Concernant la viande rouge transformée, ce même risque ferait passer à 18 % pour une portion de 50 g ingérée.
La publication, qui se baserait sur près de 800 études collectées, informe que le cancer colorectal arriverait en tête des maladies associées à la consommation de viande rouge. Ainsi, une consommation de 100 g de viande rouge par jour pourrait augmenter de 17 % le risque de cancer colorectal. Concernant la viande rouge transformée, ce même risque ferait passer à 18 % pour une portion de 50 g ingérée. - © S.Bourgeois

Selon Interbev : ' il ne s’agit pas d’une nouvelle étude scientifique mais d’un jugement d’experts ayant fait un état de l’art d’études existantes. Aucune étude scientifique n’a permis d’affirmer qu’un aliment pouvait être, à lui seul, la cause d’un cancer, une maladie complexe et multifactorielle '. En France, les niveaux de consommation de viande rouge cuite seraient ' en dessous du seuil de 500 g par semaine (soit environ 70 g par jour) ', et donc inférieurs au seuil préconisé par l’organe de l’OMS.  A l'instar d'Interbev, le Circ (Centre international de recherche sur le cancer) a lui-même rappelé que ' la viande est importante dans l’équilibre alimentaire avec ses apports nutritionnels tels que les protéines comme le zinc, le fer ainsi que des vitamines du groupe B dont la B12, présente uniquement dans les produits carnés. '


Selon le président de la FNSEA : Xavier Beulin regrette l’accumulation des problèmes concernant le secteur de l’élevage, ' Les éleveurs doivent se demander si tout ça est bien sérieux, alors qu'ils connaissent les plus grandes difficultés '.


Selon le ministre français de l'Agriculture : ' je ne veux pas qu'un rapport comme celui-là mette encore plus la panique chez les gens. On peut et on doit consommer de la viande, mais on doit le faire de manière raisonnable '.


Aux Etats-Unis, l’Institut Nord-Américain de la Viande (Nami) dénonce de manière catégorique la fiabilité des conclusions de l’étude, pointant du doigt " des données triturées pour obtenir un résultat bien précis. Si l'on s'en tenait juste à la liste (...) du Circ, il serait clair que le simple fait de vivre sur terre serait un risque de cancer ".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les nouvelles obligations concernant Certiphyto sont très peu connues parce qu’elles n’ont fait l’objet d’aucune communication

alerte la Fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT). « Depuis le 1er octobre, les conditions de délivrance et de renouvellement des CIPP ont changé », selon un communiqué.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les vacances de Mma Ramotswe
Le chiffre de la semaine
302,10
euros pour le lait. La banque néerlandaise Rabobank a indiqué dans son rapport mondial 2017 sur les matières premières alimentaires, publié le 23 novembre, que le secteur laitier devrait sortir de ses années de prix très faibles. Les prix du lait devraient être soutenus en 2017 parce que, d'une part, la Commission a retiré l'équivalent de 4 millions de tonnes de lait liquide dans le cadre de son programme d'intervention en 2016. D'autre part la demande de produits laitiers a augmenté dans le ...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui