L'Anjou Agricole 11 février 2016 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Des pommes et des poires d'Anjou exportées aux Etats-Unis

Les contraintes grandissantes ne découragent pas la coopérative les Vergers d'Anjou, qui exporte cette année 200 tonnes de pommes et poires outre-Atlantique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La pomme Tentation part à la conquête des tables américaines.
La pomme Tentation part à la conquête des tables américaines. - © Tentation

L'an dernier, 200 tonnes de pommes et poires avaient été exportées aux Etats-Unis par la coopérative les Vergers d’Anjou, ce qui constituait une première pour une entreprise française. L’opération est renouvelée cette année, dans les mêmes proportions.  Mais l’ensemble des contraintes liées à l’export font que l’export « ne permet pas de rentabiliser l’investissement réalisé pour y arriver (au verger, en station, commercialement…) », explique Jacques Malagié, directeur des Vergers d’Anjou.

L’équivalent d’une dizaine de containers est envoyé outre-Atlantique. L’export est centré sur deux variétés, l’une de pommes, la variété Tentation, l’autre de poires, la variété Angelys, qui constituent des « spécificités quasi-mondiales du Val de Loire ».

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 12 février 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous passerons par la loi Potier (relative à l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle)

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a indiqué qu’il passera par la loi pour rétablir le contenu de l’ordonnance encadrant les CEPP (Certificats d'économie de produits phytosanitaires).

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Jazz
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
Le chiffre de la semaine
311,10
euros, prix moyen pour le lait. Suite à des négociations, les représentants de Sunlait (association de 12 organisations de producteurs) et de Savencia (ex-Bongrain) ont validé les prix suivants (prix de base moyens Sunlait à 38/32, flexibilité additionnelle comprise) : 320 EUR/1 000 l en janvier et février et 310 EUR/1 000 l pour mars (chiffres officiels publiés sur le site de Sunlait, le 30 décembre, à l'issue de négociations achevées le 20 décembre).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui