L'Anjou Agricole 30 octobre 2014 à 08h00 | Par L

Interview - National rouge des prés à Metz : “une promotion collective de la race”

Hervé Ménard, président de la Sica Rouge des prés, explique le choix d’un concours hors du berceau de la race.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hervé Ménard, éleveur au Fief-Sauvin (49) amènera son taureau Flaneur au concours national de Metz.
Hervé Ménard, éleveur au Fief-Sauvin (49) amènera son taureau Flaneur au concours national de Metz. - © AA

Vendredi 7 novembre se déroulera le concours national rouge des prés à Metz (Moselle). Une première. Pourquoi organiser un concours dans l’Est de la France ?

Hervé Ménard : Un noyau d’éleveurs existe dans l’Est depuis plus de vingt ans. Ils se sont un peu inquiétés de leur devenir lorsqu’on a entamé la démarche d’AOC. Puis ils l’ont comprise et ont profité, indirectement, de la notoriété retrouvée de la race apportée par l’appellation.

L’idée d’un concours national dans l’Est est née d’une discussion, sur le ton de la boutade, il y a trois ans, avec l’éleveur lorrain Christian Perrin, membre du conseil d’administration de la Sica...


Plus de détails dans l'Anjou agricole du 31 octobre 2014.

- © AA

Rouge des prés

22 taureaux vendus à la vente de reproducteurs

La vente des taureaux de la 57e série de la station de contrôle individuel rouge des prés de Chenillé-Changé s’est déroulée mardi 28 octobre.
22 taureaux ont rapidement trouvé preneur à une moyenne de prix de 2 910 euros. Parmi ceux-ci, deux se sont distingués par des enchères supérieures à 4 500 euros. Institut, un taureau non porteur du gène culard né à l’EARL Grimault (49) va rejoindre l’EARL Ouary (44) pour 4 750 euro. Ce fils de Felix (taureau d’IA) était classé 7e de la série. Ce taureau présentait un index ouverture pelvienne à 111. Quant à Isin, un taureau né au Gaec des Galloires (49), il rejoint l’élevage de Jean-Claude Pichon (53).
C’est un fils de Bourvil, porteur hétérozygote du gène culard qui a été adjugé 4 700 euros.
La prochaine série fait son entrée en station. Ces taureaux seront évalués pendant les cinq mois à venir avec une vente prévue en avril.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aujourd’hui, il est primordial que toutes les entreprises privées et coopératives donnent un véritable signal aux producteurs en s’appuyant notamment sur une conjoncture mondiale en amélioration depuis quelques semaines

affirme la FRSEA de l’Ouest dans un communiqué du 27 septembre.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La tentation d’être heureux
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un tueur
Le chiffre de la semaine
1,8
Mrd d'euros de déficit en fruits frais pour la France. Selon FranceAgriMer, durant les sept premiers mois de l'année 2016, le déficit commercial de la France en fruits frais atteint près d'1,8 milliard d'euros, ce qui correspond à un déficit supérieur de 11 % à celui de la même période en 2015 et de 43 % supérieur à celui de 2014.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui