L'Anjou Agricole 17 juillet 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Production ovine - Les éleveurs de rouges de l’ouest font monter les enchères

Chaque année, deux ventes de reproducteurs de haute valeur génétique ont lieu à Saint-Hilaire-du-Bois.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une cinquantaine d’agneaux “de très bonne qualité”, selon l’organisme de sélection, ont défilé sur le ring.
Une cinquantaine d’agneaux “de très bonne qualité”, selon l’organisme de sélection, ont défilé sur le ring. - © AA

“Qui prend la main ?”, demande Arlette Brachet, directrice de Geode*. “Mise à prix à 430 euros pour ce premier bélier”. Il est 11 h ce mercredi 28 mai. La vente aux enchères de reproducteurs rouge de l’ouest est lancée. Il faudra 2 heures et quart pour faire défiler une cinquantaine d’agneaux d’automne, triés sur le volet à la station de Saint-Hilaire-du-Bois. Avant la vente, ces jeunes mâles ont passé trois mois en station où ils ont été évalués. Les trois quarts de ces agneaux sont issus d’insémination de béliers améliorateurs boucherie et tous sont nés de mères à béliers (les 30 % meilleures mères de la race). “Le consommateur ne veut pas de gras dans l’assiette. La sélection vise donc à obtenir des carcasses les plus rémunératrices possible”, explique Arlette Brachet. Ces qualités bouchères sont un des atouts majeurs de la race.

La crème de la crème, les sept meilleurs du lot, n’étaient pas en vente : ils sont passés directement par la case du centre d’insémination et ont été payés 850 euros à l’éleveur. “S’ils passent en catégorie améliorateur boucherie, leur valeur atteint 1 000 euros”, précise Denis Pineau, éleveur sélectionneur à La Poitevinière et président du syndicat départemental rouge de l’ouest.

Les animaux à la vente à Saint-Hilaire-du-Bois proviennent de l’Ouest mais aussi de l’Est de la France, d’Aveyron... Et la génétique s’exporte, puisque certains animaux seront acquis par des élevages d’Italie, de Suisse ou de Belgique, des éleveurs ayant fait spécialement le déplacement en Anjou.

Qualités bouchères

La moyenne de prix se situera finalement dans les 600 - 700 euros. “Ce qui est surtout intéressant, c’est que les agneaux soient vendus à prix correct, et en grand nombre”, commente Denis Pineau. à cette vente de fin mai, les enchères ont avoisiné, pour quelques animaux  le millier d’euros. Le maximum est atteint par un reproducteur du Calvados, acquis 1 250 euros par un éleveur de la Vienne, Jean-Marie Billy. L’agriculteur, fidèle aux ventes chaque année, l’avait entouré sur son catalogue de vente :  “Il me plaît, ce bélier, il a de bonnes qualités bouchères”. L’animal présente d’excellentes notes de pointage, 9 en aplombs, 9 en épaule, idem en gigot, en épaisseur et en largeur. “C’est aussi la diversité génétique apportée par certains béliers qui fait monter les enchères”, commente un éleveur-sélectionneur.

C’était la dernière année que les ventes se réalisaient selon cette configuration, avec une vente fin mai et une autre fin juillet. à partir de 2015, il est prévu de regrouper tous les béliers nés en janvier et février, pour un seul rendez-vous d’enchères, fin juillet.

S.H.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les nouvelles obligations concernant Certiphyto sont très peu connues parce qu’elles n’ont fait l’objet d’aucune communication

alerte la Fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT). « Depuis le 1er octobre, les conditions de délivrance et de renouvellement des CIPP ont changé », selon un communiqué.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les vacances de Mma Ramotswe
Le chiffre de la semaine
302,10
euros pour le lait. La banque néerlandaise Rabobank a indiqué dans son rapport mondial 2017 sur les matières premières alimentaires, publié le 23 novembre, que le secteur laitier devrait sortir de ses années de prix très faibles. Les prix du lait devraient être soutenus en 2017 parce que, d'une part, la Commission a retiré l'équivalent de 4 millions de tonnes de lait liquide dans le cadre de son programme d'intervention en 2016. D'autre part la demande de produits laitiers a augmenté dans le ...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui