L'Anjou Agricole 21 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L’apprentissage, une formule gagnante

Depuis août 2015, Frédéric Gastineau, éleveur au Bourg-d’Iré, emploie en apprentissage Simon Grimault, un jeune homme en première année de BTS Acse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’exploitation de Frédéric Gastineau correspond aux attentes de Simon Grimault, même si lui souhaite s’installer sur l’exploitation de son père en rouge des prés.
L’exploitation de Frédéric Gastineau correspond aux attentes de Simon Grimault, même si lui souhaite s’installer sur l’exploitation de son père en rouge des prés. - © AA

«Un peu juste côté main-d’œuvre ». Installé seul
au Bourg-d’Iré, Frédéric Gastineau, éleveur de charolaises, a  pris un apprenti pour l’aider sur son exploitation. Simon Grimault a opté pour l’apprentissage pour son BTS Acse (Analyse conduite et stratégie de l’entreprise agricole) pour « sortir du cadre scolaire ». Les deux hommes se sont bien trouvés. Chacun voit son intérêt.
Un engagement
de deux ans
« J’hésitais à passer par le Ged* mais l’avantage avec l’apprentissage, c’est que je  ne m’engage que sur deux ans et je bénéficie d’exonérations de charges sociales. Et j’ai aussi bénéficié d’aides de l’état et de la Région », confie Frédéric Gastineau  (voir ci-dessous).
Simon a trouvé l’exploitation grâce au bouche-à-oreille et est satisfait de son choix. « Cette exploitation correspond à mes objectifs d’installation. » Une ferme en élevage allaitant basée sur un système de pâturage.  Le jeune a débuté son apprentissage en août 2015 après avoir obtenu un bac STAV (Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) à Pouillé. Aujourd’hui, il alterne tous les 15 jours entre l’entreprise et l’Esa d’Angers.  « Ce rythme demande de l’organisation entre le travail sur l’exploitation et les devoirs à la maison », constate Simon. Avec l’apprentissage, il travaille 35 heures par semaine et gagne 726 euros par mois.
Pour l’agriculteur, ce complément de main-d’œuvre est bénéfique même si un apprenti demande plus de temps qu’un salarié.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 22 janvier 2016.

 

Des aides pour inciter à l’apprentissage

«Cette année, avec toutes les aides de l’état, je dois reconnaître que le contrat d’apprentissage ne va pas coûté cher », constate Frédéric Gastineau. Grâce aux nouvelles mesures en faveur de l’apprentissage, l’éleveur de charolaises va bénéficier d’un certain nombre d’aides. Avec l’aide TPE jeune apprenti, l’éleveur touchera 1 100 euros par trimestre lors de la première année de l’apprentissage (parce qu’au moment de la signature du contrat, Simon avait moins de 18 ans.) La Région lui a versé 1 000 euros de prime à l’apprentissage pour les TPE. Et dernière aide : un crédit d’impôt de 1 600 euros durant la première année du contrat. « C’est tout bénef’ pour moi. à la signature du contrat, je ne savais même pas que j’avais le droit à ces aides. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
La sélection de Jean-Paul Guéry » Jazz
Le chiffre de la semaine
4
% de végans. Dans une enquête menée sur Internet auprès de 1 000 Français âgés de 15 ans et plus, le cabinet Harris interactive observe l'émergence de plusieurs « nouveaux régimes alimentaires » (végan, chrono nutrition, paléo, crudivore, fléxitarien). 4 % des Français interrogés déclarent pratiquer un régime végan - sans produits animaux - (dont 47 % d'entre eux le pratiquent depuis moins de six mois).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui