L'Anjou Agricole 16 février 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Crise de l'élevage : la France a entamé à Bruxelles son parcours du combattant

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Commission européenne

« Les choses ont bougé », a estimé le 15 février à Bruxelles Stéphane Le Foll, affirmant devant la presse qu'’une dizaine d’'États membres de l’'UE (Pologne, Espagne, Italie, Irlande, Belgique...) avaient globalement soutenu ses propositions pour juguler la crise de l’élevage au niveau européen, et précisant que l’'Allemagne, quant à elle, était d’accord sur «le constat» fait par la France, mais pas sur les «solutions». Il a annoncé que le commissaire européen Phil Hogan serait à Paris le 25 février (avant une probable visite au Salon de l’agriculture) pour un entretien avec le premier ministre et lui-même, afin de débattre de solutions concrètes sur lesquelles « on a donc quelques jours pour avancer ». Le ministre français a reconnu qu'’aucune mesure immédiate n’'avait été prise à ce stade - « et je peux le regretter », a-t-il dit -, expliquant qu’il faut encore « travailler » pour espérer des décisions des Vingt-huit, qui reviendront sur ces questions le 14 mars. Phil Hogan a d’'ailleurs demandé à tous les États membres de lui présenter leurs propositions d'’ici le 25 février. Le ministre allemand, Christian Schmidt, a rappelé qu’il était opposé à toute nouvelle mesure de régulation publique, se prononçant pour une nouvelle enveloppe d’'aides pour alléger la trésorerie des exploitations et pour une augmentation du plafond autorisé des aides nationales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les nouvelles obligations concernant Certiphyto sont très peu connues parce qu’elles n’ont fait l’objet d’aucune communication

alerte la Fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT). « Depuis le 1er octobre, les conditions de délivrance et de renouvellement des CIPP ont changé », selon un communiqué.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les vacances de Mma Ramotswe
Le chiffre de la semaine
302,10
euros pour le lait. La banque néerlandaise Rabobank a indiqué dans son rapport mondial 2017 sur les matières premières alimentaires, publié le 23 novembre, que le secteur laitier devrait sortir de ses années de prix très faibles. Les prix du lait devraient être soutenus en 2017 parce que, d'une part, la Commission a retiré l'équivalent de 4 millions de tonnes de lait liquide dans le cadre de son programme d'intervention en 2016. D'autre part la demande de produits laitiers a augmenté dans le ...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui