L'Anjou Agricole 22 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Porc : regroupement des organisations de producteurs

Lors d'une conférence de presse le 21 janvier, organisée suite aux manifestations de producteurs de porcs en Bretagne, le ministre de l'Agriculture a dit vouloir appuyer la demande des producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cette demande - de regrouper les organisations (ou groupements) de producteurs de porcs en Bretagne, par exemple au travers d'une plateforme de commercialisation -est portée à la fois par la Fédération nationale porcine (FNP) et le mouvement des bonnets roses (collectif Sauvons l'élevage français). Ces rapprochements permettraient, selon leurs promoteurs, de mieux défendre la cause des producteurs face aux acheteurs.
Cette demande - de regrouper les organisations (ou groupements) de producteurs de porcs en Bretagne, par exemple au travers d'une plateforme de commercialisation -est portée à la fois par la Fédération nationale porcine (FNP) et le mouvement des bonnets roses (collectif Sauvons l'élevage français). Ces rapprochements permettraient, selon leurs promoteurs, de mieux défendre la cause des producteurs face aux acheteurs. - © Actuagri

S. Le Foll a également rappelé qu'il était favorable à la mise en place d'un fonds géré par l'interprofession, à destination des éleveurs.


En revanche, il a estimé ne pas avoir de « base légale » pour imposer, en France seulement, l'étiquetage obligatoire de l’origine des viandes dans les produits transformés.


Enfin, le ministre a pointé du doigt le faible engagement des industriels français, dans le stockage privé de viande porcine, financé par l'Union européenne. Selon un relevé publié le 18 janvier par Bruxelles, les industriels français n’ont participé qu’à hauteur de 2,7 % des demandes. « Si nous n’utilisons pas cette mesure, l’excédent d’offre va se poursuivre », a lancé S. Le Foll.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui