L'Anjou Agricole 22 mars 2016 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Crise laitière : accord de la filière pour stabiliser la production

Réunis le 22 mars à Paris par le ministre de l’Agriculture, la filière laitière a donné son accord à une stabilisation de la production, à condition bien entendu que cet objectif soit partagé au niveau européen.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Reste à convaincre l’Allemagne avec lequel Stéphane Le Foll entretient des contacts bilatéraux.
Reste à convaincre l’Allemagne avec lequel Stéphane Le Foll entretient des contacts bilatéraux. - © Actuagri

« On veut être de bons élèves, mais pas seuls », a déclaré Thierry Roquefeuil, le président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) à l’issue de la réunion entre les organisations agricoles, la filière laitière et le ministre de l’Agriculture, le 22 mars à Paris. Au menu des discussions, la maîtrise des volumes en période de crise et pour être plus précis la stabilisation de la production en 2016 par rapport à 2015. Si les professionnels français dans l’ensemble, sont d’accord pour aller dans cette voie, ils ne veulent pas être les seuls à le faire au niveau européen. « On ne peut pas rentrer dans une mécanique de maîtrise des volumes en France si nos partenaires ne font rien », insiste le président. « Il faut que le volontariat soit partagé par tout le monde », précise-t-il. En effet, l’accord décroché à Bruxelles par le ministre de l’Agriculture, le 14 mars, sur la maîtrise de la production n’est que facultatif et non obligatoire. Pour le moment, les pays du sud partagent la position française, les pays du nord y sont réticents voire hostiles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui